Tag Archives: jeedom

Présentation du Nuc Hystou Core I3 5005

Pour ceux qui suivent le blog de Ludovic SARAKH (sarakh63), il proposait il y a quelques semaines, un NUC intéressant: le Nuc Hystou Core I3 5005.
Ça tombe plutôt bien, mon Jeedom sur RPi2 est à genoux maintenant. Il me faut une machine plus puissante, alors pourquoi ne pas en profiter.
Je vais pouvoir le transformer et avoir un Jeedom ultra puissant, et même un peu plus que cela… je vous expliquerai cela un peu plus bas.

Présentation du NUX Hystou Core i3 5005

Quelques caractéristiques pour commencer :
● Fanless (pas de ventilateur)
● Processeur chipset: Intel HM96 Express
● Support des CPU Intel core i3
● Interface Giga LAN, 4 ports USB 3.0 et 2 ports USB 2.0
● Onboard 2 slot mémoire DDR3L (jusqu’à 16GB)
● Onboard interface mSATA et SATA
● Faible consommation et alimentation 12V
● Compatible Windows 7, 8, 10 et tous types de Linux
● Processeur Intel Core-i3-5005U (2.0GHz)

Présentation de la bête

Dans notre carton, il y a notre Nuc Hystou, mais aussi son alimentation 9V/2.5A, le câble d’alimentation, un support, un tournevis (pour fixer le disque SATA), un manuel en anglais, un câble SATA de données, et un pour l’alimentation, ainsi que 2 antennes Wifi. Le Nuc Hystou Core I3 5005 est entièrement réalisé en aluminium.
La face supérieure fait plutôt penser à un dissipation thermique passif.

En 3D maison, cela donne …

Sur la façade avant, nous avons une LED bleue qui signale l’activité, ainsi que le bouton d’alimentation.
Basculons sur coté, et nous trouvons deux connecteurs USB 2.0, les 2 connecteurs SMA pour la carte wifi, ainsi qu’une aération.
Quant à l’autre coté (oui, je vais tous les faire comme ça), donc à l’arrière si vous avez bien suivi, nous avons un connecteur Jack pour la prise microphone et un pour la prise casque (ou haut-parleurs), ainsi que quatre connecteurs USB 3.0, le connecteur Gigabit Ethernet, un connecteur VGA, une sortie vidéo HDMI 1.4 et le connecteur d’alimentation 12V.
Bien entendu, sur la quatrième face, nous n’avons rien, sinon, nous ne pourrions pas le poser sur la tranche, sur ce fameux support.
En dessous, nous avons le couvercle amovible (étrange d’ailleurs de voir le couvercle en bas), avec quatre pieds en caoutchouc, et des inserts filetés afin de pouvoir monter un support VESA.

Virtualisation et ESXi

J’ai opté pour une solution de virtualisation basée sur l’hyperviseur VMware vSphere ESXi 6. En effet, depuis quelques années, la virtualisation a pris une place importante dans les SI (services informatiques).
Quasiment toutes les entreprises privilégient cette technologie, car même si la licence de VMware vSphere ESXi 6 est assez couteuse, l’utilisation d’un hyperviseur se révèle être un très bon investissement, puisqu’il permet d’augmenter les performances de votre infrastructure, tout en réalisant des économies (maintenance, consommation, espace physique, …).

VMware vSphere ESXi 6 est donc un hyperviseur mis au point par la firme VMware. La version 6 de vSphere est sortie il y a un peu plus de 2 ans, et reste encore la dernière version stable de vSphere.
C’est l’une des solutions les plus complètes du marché des hyperviseurs, et surtout, qu’il s’agisse de mes serveurs perso chez OVH ou Online, ou des serveurs chez mes clients, c’est l’outil sur lequel je suis amené à travailler (un serveur vSphere ESXi 6 peut prendre en charge jusqu’à 1024 machines virtuelles, peut supporter jusqu’à 480 CPU, 6 TB de RAM et jusqu’à 2048 disques durs virtuels par hôte).

Utilisation

Je vais donc installé un serveur ESXi sur ce Nuc Hystou Core I3 5005. A terme, l’objectif sera d’installer Jeedom, mais aussi Jarvis, le projet de reconnaissance vocale de Alexandre Mély (dépôt GitHub https://github.com/alexylem/jarvis et site du projet http://domotiquefacile.fr/jarvis/) et aussi un clapier pour mon Nabaztag.

Des soucis avec le Nuc Hystou?

Lors de l’installation de ESXi6, j’ai rencontré 1 problème. Celui-ci était du au drivers de la carte réseau qui était manquant pour ce Nuc Hystou.
Vous obtenez un message qui ressemble à ce ci :

Pour résoudre ce problème, il existe une petite procédure tres simple.

Modifier l’image officielle de ESXI 6.0

C’est assez simple, mais il faut bien suivre la procédure pour installer correctement les drivers pour ce Nuc Hystou.
Tout d’abord, vous devez télécharger ESXi-Customizer-v2.7.2 sur le site officiel. Ne vous préoccupez pas du disclamer, il fonctionne encore parfaitement avec ESXi 6.0 .
Ensuite, si vous rencontrez des problèmes pour exécuter ce batch (ne fonctionne pas avec Windows10), il faut faire quelques modifications. Une fois téléchargé et décompressé, vous avez un certains nombres de fichiers dans le répertoire ESXi-Customizer-v2.7.2, dont un qu’il faudra modifier. Il s’agit du fichier ESXI-Customizer.cmd . Ouvrez votre éditeur favori, et commentez la ligne 260 (en ajoutant un REM devant) :

Une fois ESXI-Customizer exécuté, vous devrez ajouter l’image ISO de le driver réseau à l’image officielle.
ESXCustomizer pour le Nuc Hystou

Pour info, si vous voulez ajouter d’autres drivers, refaite l’opération. Une liste de drivers est disponible sur le wiki de vibsdepot.
Il vous suffit ensuite de générer une nouvelle clé USB bootable.

Et pour ma clé 3G, je fais comment?

Vous avez dû vous en apercevoir…. votre clé 3G n’est pas détectée par VMware. Il va falloir passer la clef 3G (j’ai suivi les préconisations Jeedom, j’ai une Huawei E220) en mode modem seulement.
Pour se faire, pluggez la clé sur votre PC, installez les drivers nécessaires, et identifiez le port COM utilisé.
Ensuite, avec PuTTY, il faudra vous connecter sur ce port COM, et taper la commande suivante : AT^u2diag=0
Rien de plus simple. Votre clef est maintenant en mode GSM seulement et correctement reconnue dans VMware.

Quoi, j’ai été trop vite sur cette partie? C’est normal, rassurez-vous. Tout simplement parce qu’elle est très bien expliquée par Loïc (le papa de Jeedom) sur le blog de Jeedom, et que je ne vois pas l’intérêt de faire un copier/coller.

Voilà, j’espère que cette petite présentation vous a plu. Après tous mes déboires sur Raspberry Pi, en utilisant une version de Jeedom installée ancienne, j’ai maintenant un Jeedom rapide, plus stable, avec beaucoup moins de bugs, et j’en suis plus que satisfait. Le Nuc Hystou tel que je l’ai commandé n’est plus disponible (il me semble), vous pouvez aussi prendre la version supérieure chez Gearbest.

Multiprise connectée Broadlink MP1

Il y a 1 an de cela, je voulais commander la multiprise connectée Greenwave NP310-F : La multiprise Z-Wave 6 prises.
Elle allait me permettre de commuter et de mesurer la consommation de six appareils de manière indépendante pour un peu moins de 50€. On pouvait y trouver un bouton physique général permettant de commuter manuellement et simultanément l’ensemble des six prises (et en prime, une mollette latérale pour modifier la couleur). Malheureusement, elle n’était plus disponible. Mais voilà que Broadlink sort sa multiprise connectée, la MP1 … à 18€ sur GearBest (grâce à un bon plan de notre ami Sarakh63) !!!

Pourquoi elle et pas une autre ?

La multiprise connectée Broadlink MP1 est une multiprise WiFi intelligente, pour une utilisation quotidienne, que vous pourrez contrôler depuis l’application mobile Broadlink du fabriquant. OK, pas mal. Mais jusque là, ça ne m’intéresse pas plus que cela. Si je vous dit qu’elle ne coûte que 18€, et que vous pourrez aussi la contrôler depuis Jeedom, via le plugin Officiel Broadlink ? Alors là, je dis BANCO!!!

Présentation multiprise connectée Broadlink MP1

J’ai donc reçu la multiprise connectée Broadlink MP1 semaine dernière. Et là… waouh!!! Elle est vraiment, vraiment très classe. Solide, de bonne facture, avec même des tampons antidérapants. Mais pourquoi ne proposent-ils pas la version EU ? En effet, l’embout de la multiprise est de type UK. Bon, rien de grave car il suffit d’ajouter un adaptateur. Et comme j’en ai une tour complète… .

On notera cependant que les emplacements, au multi-format EU, UK et AU, sont compatibles avec nos prises françaises, au détail près qu’on y perd la terre.

Il y a au total quatre prises pouvant être commandées indépendamment, et sur chaque emplacements une petite LED témoin qui permet de savoir d’un coup d’œil si celle-ci est active ou non. Un unique bouton qui permet d’allumer ou éteindre d’une pression tous ces emplacements/prises.

Spécifications

Modèle : MP1 / MP1-1K4S
Voltage : 250V
Puissance MAX : 10A
Longueur du câble : 1.5 mètres
Type de réseau WIFI pris en charge : IEEE 802.11b/g/n
Poids : 460 g
Dimensions : (L x W x H): 25.40 x 6.00 x 3.20 cm
Résistance hautes températures (750°C)
Protection contre les surcharges
Contrôlable en local amis aussi à distance en 3G/4G

Application mobile

Rien de plus simple pour l’association avec l’application mobile Officiel Broadlink. Côté Adroid, il s’agit de e-Control.
Un fois lancée, il suffit de cliquer sur le signe + en haut à droite, puis sur Ajouter un périphérique. La multiprise sera détectée est apparaitra sur l’écran. Il ne restera plus qu’à saisir identifiants wifi (nom du SSID et et clé) afin de la connecter à votre réseau local.

 

Plugin Jeedom

Bien entendu, la raison qui a fait que j’ai opté pour cette multiprise connectée Broadlink MP1, est qu’elle est compatible avec Jeedom, et ce, grâce à un plugin de notre ami Ludovic (encore sarakh63 bien sûr). Celui-ci (le plugin hein, pas Ludovic) est disponible sur le market Jeedom.

Une fois le plugin installé, et votre multiprise correctement connectée sur votre réseau local, vous n’avez plus qu’à cliquer sur l’icône Mode inclusion. Votre multiprise connectée Broadlink MP1 sera automatique ajoutée à Jeedom.

Il ne reste plus qu’à éditer l’équipement pour lui attribuer un nom, un objet parent,  et et éventuellement modifier  le nom des prises dans les commandes.
Côté dashboard, on obtiendra ceci :

Vous pouvez maintenant activer ou désactiver les prises en cliquant dessus, ou les utiliser au travers de scénarios.

Pour conclure, la multiprise connectée Broadlink MP1 est vraiment très intéressante, de par son intégration dans Jeedom, mais aussi de part l’impression de qualité, surtout pour ce prix défiant toute concurrence. Je pense même à en commander une seconde pour brancher certains éléments dans mon bureau.

Test du MultiSensor 6 de AEOTEC

J’ai reçu semaine dernière de mon partenaire Domadoo, le dernier détecteur multifonctions de la société AEOTEC : le MultiSensor 6. Alors en route pour une présentation de ce petit bijou, un petit test du MultiSensor 6 de AEOTEC.

Présentation générale

Ce petit module carré de 42mm de large, élégant et sobre, cache six fonctions Z-wave. Un module plutôt d’intérieur, qui vous permettra de relever les information de base de votre maison/appartement. Ce module est livré sans pile (ils auraient pu au moins faire cet effort), mais avec une documentation brève, un câble USB, un support de fixation et de quoi le fixer aux murs (vis, double face). Non, le couteau n’est pas livré avec, c’est juste un point de repère!

Détecteur de mouvement

Tout d’abord, un indispensable détecteur de présence. Le capteur de mouvement du MultiSensor 6 est parfait pour réaliser des économies, mais aussi pour sécuriser un lieu. Il est en effet capable de détecter un individu à 5m et dispose d’un champ de vision de 120°. Il peut ainsi être utilisé pour gérer l’utilisation d’un chauffage, d’une climatisation ou simplement savoir si une pièce est occupée.

Sonde température

Vous voulez une sonde en complément du détecteur de mouvement, notamment pour la gestion d’un chauffage, d’un climatiseur, de volets roulants, etc… , afin de maintenir la température d’une pièce absolument parfaite? Pas de problème,  le MultiSensor 6  a aussi ça en stock, une sonde température capable de mesurer avec précision la température d’une pièce entre -10  et 50 ° C.

Détecteur de luminosité

Grâce à ce détecteur de luminosité, en complément là aussi des 2 précédents, fini les lumières qui restent allumées en pleine journée, ou le soleil qui cogne tellement que votre climatiseur sur-consommera. Avec un bon scénario Jour/Nuit, il sera facile de maintenir intelligemment une bonne ambiance, tant au niveau de la luminosité que de la température. Et surtout, cela permet d’économiser en énergie!!!

Détecteur d’humidité

Tout le monde vous dira que « sa place est parfaite dans des pièces tel que la salle de bain ou la cuisine pour leur taux d’humidité souvent très élevés« !!! Pour ma part, je pense que le taux d’humidité est aussi important que la température d’une pièce de nuit. Alors j’aurais plutôt tendance à mettre ce capteur dans une chambre à coucher, pour gérer l’allumage d’un ventilateur, d’un humidificateur, d’une VMC, ou simplement l’ouverture d’une fenêtre motorisée. Tous les ingrédients pour vivre dans un environnement parfaitement sain avec ce MultiSensor 6.

Détecteur anti-intrusion

A quoi peut bien servir ce capteur sismique dans des grandes villes en France? Il détectera simplement si un intrus ou quelqu’un d’autre tente de déplacer le MultiSensor 6. Vous aurez bien compris que le but n’est pas vraiment de détecter une activité sismique, mais, en plaçant ce détecteur derrière une porte ou une fenêtre, à la moindre tentative d’effraction vous serez averti!

Sonde Ultra Violet

La lumière du soleil (et plus particulièrement les rayons UV), c’est bon pour notre capital vitamine K, mais elle provoque aussi le blanchiment des rideaux, le jaunissement des meubles et surtout, elle est nocive pour notre corps lorsqu’elle contient trop d’UV. Pratique donc parfois d’avoir un capteur d’UV sur une terrasse ou un balcon.

Performant avec un design élégant

Plus petit, plus élégant que son petit frère, il est réellement passe partout, mais a aussi le mérite de crypter son flux de données en utilisant le cryptage chiffrement AES-128 bits, et a une portée plus grande que les précédents modèles. Et toujours dans la catégorie économie d’énergie, ses 2 piles  CR 123A lui conférerait une autonomie de de 2 ans. A vérifier donc!!! Autre particularité, ce module multi capteurs peut fonctionner avec une alimentation USB.

MutiSensor6_02 MutiSensor6_04 MutiSensor6_05

Intégration dans Jeedom

J’ai du passer ma version de Jeedom en béta pour pouvoir intégrer le plugin.
Mais une fois cela fait, il réagit et fonctionne aussi bien que le multi capteur de Fibaro.

MultiSensor 6VS Fibaro multisensor FGMS-001

J’ai mis les 2 cotes-à-cote une journée entière. Les résultats donnés sont exactement les mêmes pour la température, l’humidité et la luminosité : aussi fiable l’un que l’autre donc. Pour l’esthétisme, moi j’aime beaucoup, après, comme je le dis : des goûts et des couleurs… .

Ce qu’il faut retenir

La société AEOTEC avait déjà sorti un MultiSensor 4 en 1 en 2012 et réitère en 2015 donc avec un module plus petit, plus léger et plus complet que son prédécesseur. Ce MultiSensor 6 est disponible chez Domadoo. Il est vraiment beau et pratique. Je l’ai adopté!

 Album photos

multisensor_6_engineering mult-book mult-celling mult-wall

Nouveau boitier Jeedom DIY

Je tenais à vous présenter mon nouveau boitier domotique Jeedom. J’en avais (et surtout madame) un peu marre de voir trainer tout cela dans le séjour, dans une simple boite. Je voulais quelque chose de discret et fonctionnel. Il fallait donc caser dans un boitier :
Un Raspberry pi 2, une clef USB Wifi Edimax, un hub USB alimenté, un RFXcom, des LED (une pour la mise en tension, une pour le bouton reset, une pour le service Jeedom, une pour la connexion Wifi et une pour l’accès Internet), une alimentation 5V 6A, un petit ventilateur 5v, un bouton pressoir pour arrêter le Raspberry manuellement (via script python), un bouton on/off, un mini ampli audio et deux petites enceintes pour me servir de ma box comme enceinte sans fil.
Je vous présente donc mon boitier Jeedom DIY.

J’ai donc recyclé une vieille enceinte arrière que je n’utilisais plus.

Jeedom_box-v1_01 Jeedom_box-v1_03 Jeedom_box-v1_04 Jeedom_box-v1_05

Pour monter tout cela, j’ai eu besoin d’un pistolet à colle, un jeu de tournevis, ma perceuse, quelques résistances, une plaque PCB prototype, un peu de câble, de connecteurs, un multimètre, un fer à souder, et beaucoup de patience.

A l’arrière de la box

Une alimentation vraiment mini, 5V 6A, histoire d’être vraiment tranquille.
Une prise 220V de type alimentation de PC.
Un bouton On/Off qui va contrôler l’alimentation.
Un poussoir qui va être branché sur les GPIO du Raspberry et exécuter un script Python qui va arrêter le Raspberry proprement.
2 LED à l’arrière de la box, une pour l’état de l’alimentation principale, et une autre pour le bouton reset (voir plus bas).

Jeedom_box-v1_18 Jeedom_box-v1_25

Avant de la box

J’ai ensuite fixé 3 LED sur la façade avant de la box qui vont me permettre de savoir :
si la connexion wifi est établie,
si Jeedom est démarré,
si la connexion internet est opérationnelle.
Tout cela, grâce à un petit script tout bête que j’ai mis dans la crontab.

Pour la partie électronique des LED, je vous invite à lire cet article calcul resistance LED. Oui, parce qu’une LED, ça se branche pas en direct sur le courant, elle va toujours de paire avec une petite résistance.

A l’intérieur de la box

Maintenant passons à l’intérieur de la box. Celle-ci est divisée en 2.

Sur la première partie, sur la droite, il y a le Raspberry fixé dans un boitier et parfaitement calé.
Sur la gauche, on retrouve le Pihub collé avec le pistolet, en haut le RFXCOM fixé quant à lui avec du double face.
Sur le Pihub est branché la clef wifi qui servira de backup. Le script utilisé est disponible sur mon github ici. IL s’agit d’un fork en version française du script de Bill Wilson.

Jeedom_box-v1_24

Cela me laisse encore 7 possibilités pour exploiter ce hub USB !!!

Un PCB pour tout centraliser

Pour tout centraliser, j’ai fait un petit montage sur un PCB prototype.
Celui-ci connecte l’arrivée de l’alimentation principale et toutes ses dessertes (RPi, ampli audio, Hub, etc… ). Mais aussi toutes les entrées sorties GPIO (notamment les LED).

Jeedom_box-v1_21 Jeedom_box-v1_17

Dans la seconde partie de la box, j’y ai mis la clé 3G USB, l’ampli audio, les 2 enceintes et la caméra RPi.

Retour d’expérience

Cela fait maintenant 15 jours que tout tourne parfaitement bien, le Raspberry overclocké à tendance à freezer malgré le ventilo et le dissipateur thermique.
J’attends un écran HDMI afin d’indiquer des informations telles que la température des pièces, l’état des luminaires, etc… .

Accéder simplement à Jeedom

Alors vous avez installé jeedom sur votre Raspberry, tout fonctionne bien, mais votre URL d’accès est http://VOTREIP/jeedom .Mais voilà, vous préférez être dans une configuration identique à celle de la Mini ou la mini+ , c’est a dire avec des URL sans /jeedom . Je vous propose un petit tutoriel rapide pour supprimer /jeedom de votre URL accéder simplement à Jeedom par l’adresse IP de votre machine.

Pourquoi Jeedom utilise Nginx

Nginx (Engine X, prononcez [n-gèn-x]) est un serveur Web asynchrone écrit par Igor Sysoev pour les besoins d’un site russe à très fort trafic. Il peut être configuré pour faire office de serveur proxy inverse Web et de serveur proxy de messagerie électronique (IMAP/POP3). Une partie de la documentation a été traduite du russe vers l’anglais. Ses sources sont disponibles sous une licence de type BSD. Nginx est ainsi reconnu pour ses hautes performances, sa stabilité, son ensemble de fonctionnalités, sa configuration simple ainsi que sa faible consommation de ressources. C’est l’un des rares serveurs développé pour le problème des « C10K » (en). Contrairement aux serveurs traditionnels, Nginx ne relie pas un processus à une requête client, mais utilise un système évolutif et une architecture asynchrone. Cette architecture utilise de petites, mais plus importantes, prévisibles quantité de mémoire.
Même si vous n’avez pas besoin de gérer des milliers de requêtes simultanées, vous pouvez bénéficier des hautes performances de Nginx ainsi que de sa faible empreinte mémoire. Nginx est évolutif dans les deux sens : du plus petit VPS aux infrastructures cluster. C’est pour quoi beaucoup de sites a fortes visibilité utilisent Nginx pour ne citer que  Netflix, Pinterest, CloudFlare, Airbnb, WordPress.com, GitHub, SoundCloud, MaxCDN… .

Avant de commencer

Pour accéder simplement à Jeedom en saisissant uniquement l’adresse IP de votre machine, il faut modifier les fichiers /etc/nginx/sites-available/default et /etc/nginx/sites-available/default_ssl, mais avant cela, on fait des sauvegardes.

 Toutes les règles se basent sur la variable root, la source, l’origine de notre serveur web. Par défaut, sur une installation en DIY, elle est définie à /usr/share/nginx/www/
Cela signifie que pour accéder à notre Jeedom, nous devons la rajouter à notre URL. Donc pour ne plus avoir à la saisir, nous rajoutons directement le répertoire à la variable root. Mais nous devons mettre à jour toutes les références qui y sont faites et uniquement celles-ci.

Dans la pratique

Les sauvegardes réalisées, on peu éditer le fichier /etc/nginx/sites-available/default

 Les lignes à modifier sont les suivantes :

 Il faut procéder de la même façon avec le fichier /etc/nginx/sites-available/default_ssl
Vous ne trouverez pas exactement toutes les lignes du précédent fichier, mais avant de recopier bêtement, il faut comprendre ce que l’on fait!!!

Explication

Toutes les règles se basent sur la variable root. Par défaut, sur une installation en DIY, elle est définie à /usr/share/nginx/www/
Cela signifie que pour accéder à notre Jeedom, nous devons la rajouter à notre URL. Donc pour ne plus avoir à la saisir, nous rajoutons directement le répertoire à la variable root. Mais nous devons mettre à jour toutes les références qui y sont faites et uniquement celles-ci.

Application des modifications

Si vous avez tout compris et modifier correctement ces 2 fichiers, il ne vous reste plus qu’à redémarrer votre serveur nginx :

 Normalement, si vous compris cet article, vous devriez accéder à votre interface Jeedom en tapant simplement http://VOTREIP

Optimiser JEEDOM avec Zend OPcache

L’optimisation du cache avec Zend OPcache permet une exécution plus rapide de PHP. Il améliore les performances de PHP, et dans notre cas plus particulièrement de Jeedom en stockant dans la mémoire partagée le bytecode pré-compilé des scripts.
PHP 5.5 dispose en intégré de OPcache, mais pour les versions de PHP 5.4, il faut installer Zend OPcache pour améliorer les performance de notre serveur. Avec ce mini tutoriel, vous allez ainsi pouvoir Optimiser JEEDOM avec Zend OPcache, pour le plus grand plaisir des amoureux de la domotique.

Avant optimisation

Pour connaître votre version de PHP, c’est très simple :

Notre version de PHP est donc la 5.4.39-0+deb7ul

Installation

Si besoin, il faudra installer pecl via php-pear ainsi que les build dependencies.

 Nous pouvons maintenant installer Zend OPcache avec pecl :

Notez bien qu’à la fin de l’installation, le chemin où se trouve le module est donné, dans notre cas :

Dans le pire des cas, il existe un outil pratique pour retrouver des fichiers, il s’agit de la commande locate.
L’installation se fait comme ceci :

 La mise à jour de la base de données se fait avec la commande updatedb.
Et pour chercher un fichier, c’est un jeu d’enfant :

 Configuration

Nous pouvons maintenant configurer PHP et OPcache. La convention Debian veut que le fichier soit dans /etc/php5/conf.d, fichier qui est en fait un lien symbolique depuis /etc/php5/mods-available.

Tout d’abord, il faut créer le fichier /etc/php5/mods-available/opcache.ini

Dans ce fichier, nous allons ajouter les lignes suivantes :

Le fichier de configuration étant complet, nous pouvons créer le lien symbolique au bon endroit.
Pour cela, il existe la méthode manuelle ci-dessous :
Et la méthode tout aussi propre, mais avec les outils existant :

Application des modifications

Nous devons redémarrer php5-fpm pour que ces modifications soient prises en compte :

 Dans le cas où vous utiliseriez Apache, il faut aussi redémarrer le serveur Apache :

 Validation

Pour confirmer que vous avez bien mis en place l’OPcache, il faut relancer la commande suivante :

Nous constatons que OPcache est bien installé (with Zend OPcache), c’est donc parfait !!!

Un peu de ménage

Pour finir notre installation, il faut faire un brin de ménage derrière nous en supprimant ce qui n’est plus utile :

Et voilà, un jeu d’enfant je disais.

Note: L’extension OPcache permet d’accélérer les applications PHP, mais aussi de réduire l’utilisation de la mémoire. Par exemple, lors de mes essais, la mémoire utilisée pour Jeedom a été réduite de 40%.

Pour aller plus loin

Vous pouvez utiliser des outils pour stresser vos sites web, notamment Siege. Ce dernier imite des clics aléatoires (basé sur un fichier sitemap.xml ou une liste d’URLs fournie).

Explications de la commande :

-t 60s(time) exécuter le test sur une période de 60 secondes
c 50 : (concurrent) pour une activité simultanée de 50 clients
i : (internet) pour utiliser un délai aléatoire entre 2 exécutions  (simulation de la lecture de la page par un client sur Internet)
f liste.urls.txt : (file) fichier en entrée contenant la liste des URLs à tester.

Plus d’infos et d’exemples ici.

Logiciel domotique multi-protocoles JEEDOM

Voilà bientôt 1 mois que j’ai installé le logiciel domotique multi-protocoles JEEDOM. Je vais en profiter pour faire une présentation plus ou moins rapide de ce logiciel Made in France.

Présentation JEEDOM

JEEDOM est un projet domotique qui a pour but de connecter sa maison, ses appareils électroniques, ses projets domotiques, tous ensembles. A distance, en local, par la voix, les sms, ou encore le tactile, vous pouvez piloter votre maison à tout instant et être alerté d’un événement. JEEDOM est un projet Open-Source et libre compatible Z-wave, qui permet de réaliser sa propre solution domotique. Le projet JEEDOM proposera trois box’s domotiques dédiées: La JEEDOM PRO, une box ultra performante réservée au pro, la JEEDOM CENTER, avec des fonctionnalités avancées telles que la batterie de secours, multi-protocoles … Et la JEEDOM MINI, une box compatible Z-Wave et prochainement EnOcean à un tarif très bas.

Voilà la présentation officielle du logiciel. Je n’aurais pas pu la présenter différemment, et elle a l’avantage d’être claire!

Une passion

C’est en effet l’association de 2 passionnés, Loïc et Mathieu, qui a donné naissance à cette application domotique ouverte (open-source) et évolutive (dispose de plugins… même si certains sont payants).

Loic (alias Zoic21) loic [at] jeedom.com

  • Initiateur, créateur et inventeur du projet JEEDOM
  • Responsable du projet JEEDOM
  • Développeur exclusif JEEDOM Software (Le logiciel)
  • Webmaster du site www.jeedom.fr
  • Webmaster du blog.jeedom.fr
  • Administrateur du forum.jeedom.fr

Mathieu (alias Algeroth) mathieu [at] jeedom.com

  • Développeur exclusif JEEDOM Hardware (les box’s)
  • Responsable communication/marketing
  • Conseiller domotique et ergonomique sur le projet JEEDOM
  • Graphiste du projet JEEDOM
  • Co-Webmaster et développeur du site www.jeedom.fr
  • Co-Administrateur du forum.jeedom.fr
  • Webmaster du blog ma-maison-domotique.blogspot.com

Une croissance rapide

JEEDOM, c’est un projet jeune et pourtant est déjà très abouti. Jeune, car il a été lancé publiquement le 24 Juin 2014, donc il y a moins d’un an. Abouti, car il a une multitude de fonctionnalités, un forum super actif, dispose de beaucoup de documentation, et fonctionne en mode autonome.

Une application complète…

JEEDOM est une application multi-protocoles, car elle sait gérer les technologies Z-wave, Enocean, et est compatible avec l’interface RFXCOM. Il faut noter aussi que JEEDOM ne dépend d’aucun serveur Cloud, c’est à dire que JEEDOM est fonctionnel sans connexion Internet (sauf certains plugins, exemples : flux RSS, météo Yahoo !!!) .

… et multi-plateformes

Outre le fait que JEEDOM soit open-source, il peut-être installé sur une machine Linux tout comme sur un NAS linux, ou encore une raspberry.
L’un des objectifs des concepteurs est de produire également des box domotiques JEEDOM.
La première, la Jeedom Mini (la box entrée de gamme), et maintenant la Mini+, toujours sur base de Raspberry, sont déjà en vente chez Domadoo (leur partenaire). Deux autres versions, plus puissantes, la Jeedom Center (la box milieu de gamme), et la Jeedom Pro (la box haut de gamme disponible en rail din avec des modules satellites) seront bientôt disponibles.

Une communauté grandissante

De nombreux plugins sont déjà disponibles sur le Market JEEDOM. Ils sont développés par l’équipe ou par des contributeurs, et certains sont gratuits tandis que d’autres s’achètent pour une somme modique.

Je tacherais rapidement de faire un topo sur les possibilités de JEEDOM, et de publier les résultats des différents tests que j’ai pu faire grâce à Domadoo.