samedi 26 novembre 2022

Tag Archives: agile

SCRUM, acteurs et outils

L’équipe a un rôle capital dans Scrum : elle est constituée dans le but d’optimiser la flexibilité et la productivité ; pour cela, elle s’organise elle-même et doit avoir toutes les compétences nécessaires au développement du produit. Elle est investie avec le pouvoir et l’autorité pour faire ce qu’elle a à faire.

Le Product Owner représente le client et les utilisateurs. Il a pour rôle de définir l’ordre dans lequel les fonctionnalités seront développées et qui prend les décisions importantes concernant l’orientation du projet.

Le Scrum Master est le garant de la méthodologie Scrum auprès de l’équipe fonctionnelle. Il devra être facilitateur, animateur, négociateur, etc…, afin de s’assurer que le travail progresse correctement.

L’équipe opérationnelle est quant à elle auto-gérée et n’a aucune notion de hiérarchie interne : toutes les décisions sont prises collégialement, et personne ne donne d’ordre à l’équipe sur sa façon de procéder. Elle est composée des développeurs, mais aussi des testeurs, divisés en 2 catégories :
testeurs MOE : ils mettent en place les scénarios de tests fonctionnels pour s’assurer que la couverture fonctionnelle est conforme aux engagements et que le niveau de qualité exigé est bien respecté.
–  testeurs MOA : ils effectuent la recette de la dernière itération.

Avoir des bons outils est indispensable, et la méthode Agile s’est dotée d’outils indispensables, les Artefacts.
Le Product Backlog est un outil de collecte des fonctionnalités attendues ou exigées par le client (User Story), et qui évolue à chaque Sprint.

Le Sprint Backlog reprend les macro-fonctionnalités définies dans le Product Backlog et les décompose en tâches à implémenter pour le sprint qui va démarrer. Chaque membre de l’équipe opérationnelle s’engage sur un temps de travail pour chaque tâches établies.

La Burndown Chart est un diagramme qui permet de visualiser l’avancement des sprints et du projet dans sa globalité, c’est l’indicateur temporelle de l’évolution des tâches en cours dans le Sprint.

Processus Scrum (source Mike Cohn et Florent Lothon)
source Mike Cohn et Florent Lothon

Faire face au changement – SCRUM (AGILE)

Il existe de nombreuses méthodes AGILE parmi lesquelles se trouve Scrum, conçues pour un usage au sein d’une petite équipe et cherchant à maximiser sa productivité. Elle est basée sur un mode de pilotage itératif, prenant en compte les évolutions qu’un projet de développement peut subir en cours de route.

scrumScrum se base sur 3 piliers que sont la transparence, l’inspection, et l’adaptation. Scrum, et les autres méthodes AGILE en général, ne sont en aucun cas des méthodes dépourvues de règles comme certaines personnes ont tendance à l’imaginer.
Le cadre Scrum consiste en une équipe avec des rôles bien définis, des blocs de temps (timeboxes) et des artefacts.
De plus, u
n langage commun doit permettre à tout observateur d’obtenir rapidement une bonne compréhension du projet.
Des points à intervalle régulier sont fait sur les différents artéfacts produits, afin de détecter toute variation indésirable, et si toutefois une dérive est constatée pendant cette inspection, le processus doit alors être en capacité à s’adapter.
Scrum et donc un processus empirique, qui se base sur l’expérience du terrain, la réalité de la plupart des projets pour lesquels il n’est pas possible de tout définir dès le début. Ainsi, pour s’adapter à ces changements inévitables, Scrum ne suit pas un processus prédictif, mais travaille par itérations, appelées Sprints, pendant lesquelles sont quotidiennement organisées des revues appelés… Scrums, et à la fin desquelles les travaux sont ré-ajustés.

Ces Scrums doivent durer moins de 15 minutes et permettre à toute l’équipe de faire le point sur le travail accompli par chacun depuis la dernière réunion, les obstacles rencontrés, et le travail prévu d’ici la prochaine réunion.
Scrum tire son nom du terme anglais mêlée pour son analogie avec les réunions quotidiennes. En rugby, c’est une reprise du jeu, après une faute, qui offre l’occasion à une équipe de se remettre sur de bons rails, par le biais d’un effort collectif.

Prochain article sur les membres de l’équipe.