Préparer sa Raspberry pour Jeedom

Comme promis, un premier article rapide lié à JEEDOM, l’application domotique libre, donc totalement transparente, et made in France 🙂
Pour que cette dernière fonctionne bien, autant faire les choses correctement dès le début (hé oui, je me suis fait avoir…). Alors voici un petit tuto pratique:  préparer sa Raspberry pour Jeedom.

Raspbian : Préparer sa Raspberry pour JeedomInstaller Raspbian sur sa Raspberry

Il faudra tout d’abord trouver une carte SD, ou micro SD (SD pour la Raspberry Pi A ou B, et micro SD pour la Raspberry Pi B+ ou Pi 2). Ensuite, télécharger la dernière image officielle de Raspbian ici (ou une autre ) et l’utilitaire Win32DiskImager depuis la page du projet Sourceforge.
Insérez la carte SD, repérer la lettre attribuée par Windows.
Lancer l’utilitaire Win32DiskImager, sélectionner l’image Raspbian que vous avez téléchargé, et la lettre attribuée à votre carte SD. Soyez bien prudent, si vous sélectionnez le mauvais lecteur, vous perdrez toutes vos données. Cliquer sur Write et attendre la fin de l’opération. C’est fini pour cette partie!

Configurer un minimum Raspbian

Pour cela, utilisons la commande raspi-config :

 On reprend ensuite la même recette qui fonctionne très bien :

Parle moi français

Dans un premier temps, nous allons modifier ce que l’on nomme les locales.
Pour cela, il faudra naviguer dans Internationalisation Options, et appuyer sur Entrée. Vous arrivez sur un second menu et il vous faudra choisir Change Locale. Vous allez descendre jusqu’à la ligne en_GB.UTF-8 UTF-8, et la de-sélectionner en appuyant sur la touche Espace. L’astérisque devrait alors disparaître. Continuer de descendre, mais cette fois jusqu’à la ligne fr_FR.UTF-8 UTF-8, et répéter la même opération que précédemment pour cette fois obtenir l’astérisque. Valider par le OK (appuyez sur la touche tabulation pour vous déplacer entre les zone). Puis validez.
Une nouvelle fenêtre va apparaître vous demandant de choisir les locales par défaut. Déplacez-vous sur fr_FR.UTF-8, puis utilisez de nouveau la touche tabulation pour aller sur OK, et validez. Le système va modifier les locales (pas inquiétudes, cela prend un peu de temps). Une fois terminé, vous serez de nouveau devant le menu de configuration basique.

L’heure française

Pour avoir la bonne heure système, il faut définir le Timezone.
Pour cela, retourner dans le menu Internationalisation options et choisir l’option Change Timezone, puis le continent Europe, et la ville Paris.

Passer le clavier en AZERTY

Voilà, tout le système est maintenant entièrement français sauf notre clavier qui devrait toujours être configuré en QWERTY. Pour le passer en AZERTY, retourner dans le menu Internationalisation options. Choisissez cette fois Change Keyboard Layout puis le type de clavier que vous possédez. Pour ma part, je choisi PC générique 105 touches (intl), puis Français, Disposition par défaut pour le clavier, Pas de touche Compose, et à la question Utilser Control+Alt+Ret.Arr. pour arrêter le serveur X j’ai répondu Oui.
Voilà, votre Rapsberry Pi est configurée simplement.

Mettre à jour sa Raspbian (au cas où)

Tout d’abord, on met à jour son OS… toujours penser à faire ses mises à jour!!!

Ensuite, ce sont plus des petites manies. J’installe et configure l’indispensable vim et je le définit en tant qu’éditeur par défaut :

Enfin, j’utilise beaucoup vim donc j’aime bien mon petit confort. On va donc activer manuellement certaines options dans le fichier /etc/vim/vimrc. Commençons par la coloration syntaxique  en de-commentant la ligne :
Décommettez les lignes suivantes afin que vim vous repositionne à la ligne où vous étiez dans le fichier précédemment fermé :
Décommettez les lignes suivantes pour que la recherche et la visualisation dans le fichier soit plus aisée :
Si vous vous sentez l’âme d’un brave, vous pouvez aussi activer l’auto-complétion.

Ajoutons donc un vrai user (notreuser) et affectons le au groupe staff :

Maintenant, ajoutons la permission à cet utilisateur  d’être root via un sudo :

On peut ainsi supprimer en toute sécurité l’utilisateur pi mais avant cela, on le remplace par notre utilisateur dans tous les groupes. Pour cela, on édite le fichier /etc/group et on remplace toutes les occurrences pi par notreuser. Ensuite nous pourrons le supprimé :

 Et enfin, par sécurité, on autorise uniquement les membres du groups staff à se connecter en ssh sur la machine. Pour cela, on ajoute AllowGroups staff dans le fichier /etc/ssh/sshd_config .

Configurer la partie réseau et Wifi

Je vous laisse relire mon article sur la configuration Wifi, il est clair, simple et rapide.

Afin que votre serveur mail fonctionne correctement, il est absolument nécessaire de faire en sorte que le EHLO (non, il n’y a pas d’erreur) présente un nom de domaine complètement qualifié (Full Qualified Domain Name, fqdn). Pour cela, il faut modifier le fichier /etc/hosts en y ajouter le nom de domaine (exemple, votre framboise s’appelle framboise.jardin.fr) :

Et maintenant, nous pouvons installer et configurer exim4, car une framboise qui envoie des mails, c’est beaucoup mieux.

Plusieurs scénarios communs vous sont proposés, mais pour ma part, je procède ainsi :

Vous pouvez redémarrer votre serveur Exim4 :

Vous pouvez maintenant envoyer des mails :

Et voilà pour les pré-requis à l’installation de JEEDOM!

A propos Mehdi HAMIDA

Moi en quelques mots: je m'appelle Mehdi, j'habite à Lyon, je suis chef de projet technique et papa geek. Je m’intéresse aux nouvelles technologies, à la publicité, la musique, à l’art en général et à la culture 2.0, ainsi qu’à tout ce qui a trait de près ou de loin à Internet : réseaux sociaux, webmarketing, le marketing viral et la veille stratégique.