La liberté est-elle notre meilleure arme?

La liberté commence où l’ignorance finit. (Victor Hugo – 1802-1885 – Océan)

La liberté, c’est l’état d’une personne (ou d’un peuple) qui ne subit pas de contraintes, de soumissions, de servitudes exercées par autrui. La liberté c’est la possibilité de pouvoir agir selon sa propre volonté, dans le cadre d’un système politique ou social, dans la mesure où l’on ne porte pas atteinte aux droits des autres et à la sécurité publique.
Il existe toutefois une énorme différence entre la liberté, et la liberté d’expression, et ça, certain ne l’ont toujours pas compris. Alors, la liberté est-elle notre meilleure arme?

Rappel

Considérée comme une liberté fondamentale, la liberté d’expression est inscrite dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (ONU, 1948, article 19) :

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.

La liberté d’expression a un prix

Je peux aisément comprendre qu’une caricature du prophète peut offenser un musulman. S’il veut qu’on protège sa liberté de culte, il doit aussi accepter qu’on protège celle des autres, celle de ceux qui ne veulent pas de culte.
La liberté d’expression demande donc de détourner le regard. Je comprends que cela puisse choquer, mais c’est le prix à payer pour une liberté d’expression, tout comme nous devons supporter les propos de Marine LE PEN et Dieudonné à la télévision (et oui, je zappe quand mes oreilles entendent du bullshit).

La liberté est-elle notre meilleure arme?

Dans beaucoup de pays, la violence est utilisée pour imposer des idées, une religion ou un régime politique. Le studio espagnol TAVO a décidé de partager une vidéo de sensibilisation pour la liberté d’expression. On y voit un crayon percutant et détruisant une balle de pistolet.

Les drapeaux, hashtag, stylos, pancartes etc… ne peuvent à eux seuls unifier un pays, et encore moins faire changer les choses sur le long terme. Comment faire dans ce cas?

Le droit à l’éducation

Toujours dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, article 26 on peut lire ceci :
L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Elle doit favoriser la compréhension, la tolérance et l’amitié.

En y réfléchissant un peu plus, si on veut plus de citoyens patriotiques, il semblerait qu’il faille peut-être se tourner vers les écoles publiques?
Les attaques de ce début d’année à Paris étaient à la fois imprévisibles et attendues. Mais qu’en serait il avec des jeunes mieux intégrés, des écoles publiques efficaces, des jeunes plus proches de leur pays de naissance, … sans pour autant aller dans l’endoctrinement complet comme en Chine Corée du Nord ou pendant les années sombres de l’Europe.
Alors ces écoles publiques qui permettent aux enfants d’avoir une langue commune, ne pourraient-elles pas leur enseigner plus que cela?

Amalgame entre patriotisme et fascisme

Pourtant, certains ont tenté d’ouvrir le dialogue à l’échelle nationale sur l’identité nationale, et sur ce que signifie le être Français. Mais aujourd’hui, on a plutôt peur du patriotisme. Ce qui devrait être un moyen de renforcer l’amour pour un pays devient un slogan fasciste.

Ne pas confondre liberté et liberté d’expression

Regardez les événements de mardi soir dernier, avant le match PSG – Chelsea. Qu’est ce qui vous choque le plus? Qu’une bande de hooligans chantent qu’ils sont racistes, qu’une personne de couleur se fasse jeter d’une rame de métro, ou que les gens restent témoins de telles scènes sans intervenir? Un peu comme le violeur qui fait son affaire dans un RER sous le regard des passagers qui détournent le regard : écœurant!
Alors OUI à la liberté! Mais OUI aussi à la liberté de se manifester lorsqu’on essaye de l’étouffer.

A propos Mehdi HAMIDA

Moi en quelques mots: je m'appelle Mehdi, j'habite à Lyon, je suis chef de projet technique et papa geek. Je m’intéresse aux nouvelles technologies, à la publicité, la musique, à l’art en général et à la culture 2.0, ainsi qu’à tout ce qui a trait de près ou de loin à Internet : réseaux sociaux, webmarketing, le marketing viral et la veille stratégique.