Restaurants lyonnais et critique gastronomique

Je vous rassure tout de suite : je ne suis pas devenu critique gastronomique de restaurants lyonnais !!

Bien entendu, je n’ai pas pour habitude de descendre des restaurants lyonnais ou site internet, mais là.. ma déception étant grande, on va parler franchement.
Nous commandons régulièrement, au travers d’une plateforme de livraison à domicile (deliveroo généralement), des plats a emporter.
J’ai testé il y a plusieurs mois, le restaurant SHIKE, et malgré une première expérience pourtant intéressante, ces 2 dernières m’ont définitivement refroidi.
Entre les plats insipides, gras, le service médiocre, et leur site internet dépassé (il faudrait songer à trouver un nom de marque pour votre site, et véritablement créer une boutique en ligne), j’aurai vraiment du mal à dépenser de nouveau de l’argent chez eux.

Une première expérience pourtant intéressante parmi les restaurants lyonnais

Il y a plusieurs mois donc, j’ai passé commandes (2 fois) de bo-bun, de poulet au curry, porc au caramel, poulet croustillant, bœuf au champignon noirs, des nems et des samossa, dans l’un des restaurants lyonnais asiatiques.
Les plats étaient bien emballés, les sauces en quantité, des chips de crevettes étaient offertes ainsi que de la salade et de la menthe pour les nems.
J’étais plutôt satisfait de ces expériences.

Malheureusement, pour mes 2 dernières commandes, les beignets de crevettes, ainsi que les raviolis étaient particulièrement gras et lourds.
Le poulet croustillant n’avait plus rien de croustillant car il baignait dans sa sauce. Le porc au caramel était sec, quasi immangeable, la sauce du poulet au curry quant à elle était détestable.
Je ne comprends toujours pas pourquoi les livreurs Foodora, Uber et Deliveroo (mon préféré) défilent toute la soirée, alors que des restaurants lyonnais avec un rapport qualité prix meilleur, ce n’est pas ce qui manque.

Trouver un nom de marque pour votre site

L’histoire ne s’arrête pas là. Comme assez souvent, je regarde les photos sur le site du restaurant, pour avoir une meilleur idée.
Je cherche donc sur duckduckgo le mot clé « shike ». Qui a eu cette idée de créer www.restaurant-shike.fr  (hep vous avez vu, volontairement j’ai pas mis de lien!!) ?
Pourquoi ne pas avoir pris shike.fr ou shike-lyon.fr ? Ont-il déjà eu la démarche de trouver un nom de marque ? Les autres restaurants lyonnais ont quand même fait un meilleur choix !!!

Pourquoi ne pas créer une boutique en ligne

Donc, le site trouvé, c’est parti!
Quels sont les plats qui me font envie?
Et là, c’est le drame. Je tombe sur un site Internet désuet. Un site internet digne des années 1990-2000.
Un page d’accueil vide, un menu d’époque, un vieux thème WordPress… .Restaurant Shike Exemple à ne pas suivre pour les restaurants lyonnais
Un site développé par une société experte en système de caisse, vidéosurveillance, et … création du sites e-commerce.
Bref, un exemple à ne pas suivre pour tous les restaurants lyonnais.

Comment peut on être expert dans ces 3 domaines complètement différents ?
Pourquoi ne pas créer une boutique en ligne chez un vrai éditeur de sites internet (le choix est pourtant vaste), pour qui c’est le cœur de métier?
Je conseillerai même à cet éditeur de se reposer les bonnes questions :
trouver un marché de niche (et pas forcement plusieurs),
chercher le meilleur fournisseur,
s’appuyer sur le marketing numérique,
et forcement, créer un vrai nom de marque et un logo.

restaurants lyonnais : 4 étapes pour créer votre boutique en ligne

Voici mon coup de gueule, accompagné de conseils tout bêtes, car je n’ai pas pour habitude de descendre des restaurants lyonnais. Le plus important, c’est de choisir son créneau, de s’afficher correctement, et de maintenir le même niveau de qualité. Il faut fidéliser son client, sinon, il écrit des articles pas forcement gentils… .

A propos Mehdi HAMIDA

Moi en quelques mots: je m'appelle Mehdi, j'habite à Lyon, je suis chef de projet technique et papa geek. Je m’intéresse aux nouvelles technologies, à la publicité, la musique, à l’art en général et à la culture 2.0, ainsi qu’à tout ce qui a trait de près ou de loin à Internet : réseaux sociaux, webmarketing, le marketing viral et la veille stratégique.