mardi 6 décembre 2022

Trucs2Geek

Faire face au changement – SCRUM (AGILE)

Il existe de nombreuses méthodes AGILE parmi lesquelles se trouve Scrum, conçues pour un usage au sein d’une petite équipe et cherchant à maximiser sa productivité. Elle est basée sur un mode de pilotage itératif, prenant en compte les évolutions qu’un projet de développement peut subir en cours de route.

scrumScrum se base sur 3 piliers que sont la transparence, l’inspection, et l’adaptation. Scrum, et les autres méthodes AGILE en général, ne sont en aucun cas des méthodes dépourvues de règles comme certaines personnes ont tendance à l’imaginer.
Le cadre Scrum consiste en une équipe avec des rôles bien définis, des blocs de temps (timeboxes) et des artefacts.
De plus, u
n langage commun doit permettre à tout observateur d’obtenir rapidement une bonne compréhension du projet.
Des points à intervalle régulier sont fait sur les différents artéfacts produits, afin de détecter toute variation indésirable, et si toutefois une dérive est constatée pendant cette inspection, le processus doit alors être en capacité à s’adapter.
Scrum et donc un processus empirique, qui se base sur l’expérience du terrain, la réalité de la plupart des projets pour lesquels il n’est pas possible de tout définir dès le début. Ainsi, pour s’adapter à ces changements inévitables, Scrum ne suit pas un processus prédictif, mais travaille par itérations, appelées Sprints, pendant lesquelles sont quotidiennement organisées des revues appelés… Scrums, et à la fin desquelles les travaux sont ré-ajustés.

Ces Scrums doivent durer moins de 15 minutes et permettre à toute l’équipe de faire le point sur le travail accompli par chacun depuis la dernière réunion, les obstacles rencontrés, et le travail prévu d’ici la prochaine réunion.
Scrum tire son nom du terme anglais mêlée pour son analogie avec les réunions quotidiennes. En rugby, c’est une reprise du jeu, après une faute, qui offre l’occasion à une équipe de se remettre sur de bons rails, par le biais d’un effort collectif.

Prochain article sur les membres de l’équipe.

Will.I.am & Lexus NX, un petit air de DS4 pour geek

Présentée lors de la soirée d’inauguration « Striking Angles », et diffusée dans les médias, la nouvelle édition spéciale du NX 200t SPORT Lexus imaginée et travaillée par l’artiste will.i.am, offre un nouveau design anguleux, un peu comme ceux que nous offrait la superbe HONDA Civic à l’époque, ou plus recement la DS4.
En effet, will.i.am était semaine dernière présent à Paris, au Pavillon Cambon, pour la présentation d’un modèle hors série du dernier né de la firme japonaise.
Pour la petite histoire, Il y a un peu pus de 2 ans, le chanteur will.i.am créait, à Los Angeles, son propre petit constructeur avec i.am.auto. Son premier modèle était une auto étonnante imaginée de toute pièce, mais non sans rappeler la mythique De Lorean de Retour vers le futur.
S0-Lexus-NX-by-will-i-amLe modèle présenté par Lexus, la version NX se rapproche étonnement du véhicule conçu par will.i.am.
Si cette version est commercialisée, et afin de cibler une clientèle plus jeune et urbaine, elle est dotée de technologies ultra sophistiquées :

  • 4 caméras de 180 degrés intégrées dans la carrosserie qui permettent la capture d’images panoramiques et de vidéos lors de la conduite et envoyées directement sur le smartphone du conducteur ;
  • boitier/accoudoir qui permet de charger sans fil smartphones et appareils électroniques en les posant dessus ;
    système audio  composé de  10 haut-parleurs Pioneer Surround Sound;
  • toit panoramique;
  • design aluminium brossé au vinyle de carbone…
[KGVID poster= »http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/09/Lexus-_-will.i.am-Collaboration-Dreaming-about-the-Future_thumb83.jpg » width= »640″ height= »360″]http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/09/Lexus-_-will.i.am-Collaboration-Dreaming-about-the-Future.mp4[/KGVID]

Hollywood a droit à ses drones (Lyon aussi)

Ca, c’est fait et c’est maintenant officiel : les drones pourront être utilisés sur les tournages de films aux Etats-Unis.

Alors que les réglementations concernant la sécurité nationale sont intransigeantes aux USA, légitime depuis les événements du le 11 septembre 2001, la FAA (Federal Aviation Administration) vient de donner l’autorisation aux réalisateurs de films d’utiliser des drones radio-télécommandés pour filmer certaines scènes.
Ainsi, les équipes de tournages vont pouvoir faire de sacrés économies sur certains plans et éviteront par exemple la location d’hélicoptères ou encore de grues pour faire des plans aériens.
Beaucoup de films utilisent déjà des drones (Skyfall, Harry Potter), mais sont tournés aux Royaume Uni, où la législation sur le sujet est plus souple.
Comme en France, il faudra se plier à certaines contraintes telles que la zone de survol, les qualifications du pilotes (qui devra être certifié), l’altitude de vol (400 pieds, soit un peu plus de 120 mètres), les déclarations préalables à la FAA (afin d’éviter des accidents avec des avions), etc… .
Je pense que nous allons avoir droit à de superbes scènes très bientôt.
En attendant, je vous propose de vous régaler avec les images et vidéos de mon ami Jérémy qui à remporté le 2eme prix du public du concours Dronestagram.

Le futur et ses nouvelles techno sont déjà là

Commençons par ce clavier imaginé par une start-up basée au Texas, AirType. Cet accessoire compatible Bluetooth peut transformer n’importe quelle surface en clavier grâce à deux poignées captant les mouvements des doigts.
Ce projet est encore à l’état du prototype mais semble prometteur vu l’utilisation que nous faisons de nos tablettes et netbook.
[KGVID poster= »http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/AirType_thumb60.jpg » width= »640″ height= »360″]http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/AirType.mp4[/KGVID]

La seconde innovation concerne un smartphone qui affiche de véritables hologrammes. Comme dis mon ami Tek, Bienvenue dans StarWars! Estar Takee est donc un smartphone révolutionnaire capable d’afficher des images holographiques grâce à 4 mini caméras frontales situées devant l’appareil. Elles traquent vos mouvements oculaires pour diffuser des éléments en 3D que seul l’utilisateur pourra voir.
[KGVID poster= »http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/Takee_thumb100.jpg » width= »640″ height= »360″]http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/Takee.mp4[/KGVID]

Aaron Swartz, l’enfant d’Internet

Il y a 1 an et demi disparaissait Aaron Swartz à seulement 26 ans.
Il n’était pas Steve Jobs, Bill Gates, Mark Zuckerberg, ni un de ces vulgaires hackers, mais il a droit à sa place au Temple de la renommée d’Internet (Internet Hall of Fame).
Véritable surdoué de l’informatique, à seulement 12 ans, il crée son propre Wikipedia, et 2 ans plus tard, il participe à l’élaboration du format RSS 1.0, un format encore très utilisé aujourd’hui pour s’abonner à des publications en ligne. Il a également participé à la création de Reddit, un site web communautaire de partage de signets, un des sites les plus populaires aux États-Unis.
C’est lui, aussi, qui participe à la création de Creative Commons, qui vise à proposer une solution alternative légale aux personnes souhaitant libérer leurs œuvres des droits de propriété intellectuelle.
Il se fait d’ailleurs connaître du grand public pour son combat pour la liberté d’expression sur Internet, à l’occasion du débat sur les lois SOPA et PIPA, entre autres, en fondant le site Demand Progress. Son combat sera couronné de succès, puisque ces 2 lois anti-américaines verront finalement jamais le jour. C’est cet engagement pour un Internet libre lui vaudra ses déboire avec la justice.

En 2011, Aaron Swartz a été inculpé de fraude électronique après avoir aspiré le portail JSTOR depuis le Massachussetts Institute of Technology (MIT). Son but n’était que de mettre à la disposition du public près de 5 millions d’articles scientifiques uniquement accessibles par abonnement, alors que les recherches qui ont abouti à la publication de ces articles étaient financées par des fonds publics.

Il est aussi co-auteur du Gerilla Open Access Manifesto (Manifeste de la guérilla pour le libre accès) :

L’information, c’est le pouvoir. Mais comme pour tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux. Le patrimoine culturel et scientifique mondial, publié depuis plusieurs siècles dans les livres et les revues, est de plus en plus souvent numérisé puis verrouillé par une poignée d’entreprises privées. Vous voulez lire les articles présentant les plus célèbres résultats scientifiques ? Il vous faudra payer de grosses sommes à des éditeurs comme Reed Elsevier.

Vous qui avez accès à ces ressources, étudiants, bibliothécaires, scientifiques, on vous a donné un privilège. Vous pouvez vous nourrir au banquet de la connaissance pendant que le reste du monde en est exclu. Mais vous n’êtes pas obligés — moralement, vous n’en avez même pas le droit — de conserver ce privilège pour vous seuls. Il est de votre devoir de le partager avec le monde.

Mais toutes ces actions se déroulent dans l’ombre, de façon souterraine. On les qualifie de « vol » ou bien de « piratage », comme si partager une abondance de connaissances était moralement équivalent à l’abordage d’un vaisseau et au meurtre de son équipage. Mais le partage n’est pas immoral, c’est un impératif moral. Seuls ceux qu’aveugle la cupidité refusent une copie à leurs amis.

Le procureur Carmen Ortiz a voulu faire du cas de Aaron un exemple. Ne voyant ses actes contre JSTOR que comme une forme de piratage, ils s’est acharné. Le 11 janvier 2013, il sera retrouvé pendu dans son appartement de Brooklyn.

Le 29 juin dernier était publiée sur Youtube The Internet’s Own Boy: The Story of Aaron Swartz, film documentaire américain réalisé par Brian Knappenberger en 2014 et retraçant la vie de Aaron. Je vous invite à le regarder, et si vous le désirez, il est ici, ainsi que sa traduction.

Element14 présente le webinar à ne pas rater

Souvenez-vous, il y a 2 semaines, je vous parlais de la Raspberry Pi B+.
Aujourd’hui, je voudrais vous invitez au webinar (webinar ou webinaire est un terme pour désigner une conférence en ligne) qui se déroulera le 31 juillet prochain, afin de présenter la nouvelle Raspberry Pi B+.

Ce webinar sera présenté par le Dr Eben Upton, leader technologique reconnu internationalement et visionnaire. Il est l’un des inventeurs de la Raspberry Pi et le fondateur de la Fondation Raspberry Pi.

Il est aussi un directeur technique et un architecte ASIC chez Broadcom. Il a été directeur des études d’informatique de l’université de St John, Cambridge. Enfin il a obtenu son doctorat en informatique et titulaire d’un Executive MBA de l’Université de Cambridge.

Quand et où :
- Diffusion sur le site element14.com
- Heure de début : 31/07/2014 4:00 PM CEST (Europe/Paris)
- Heure de fin : 31/07/2014 5:00 PM CEST (Europe/Paris)

La conférence sera en anglais.

Pour en savoir plus, toutes les infos et l’inscription sont sur la page element14.com.

Quand TOR agace les russes

Le ministère de l’Intérieur de la Fédération de Russie a publié un avis sur son site le 11 juillet, sous le titre « Perform research, code ‘TOR’ (Navy) » , représentant un appel ouvert au cracking de TOR, dont le gagnant, celui qui aura été capable de concevoir une technologie fiable pour déchiffrer les données transitant sur le réseau TOR, sera choisi le 20 août. Le ministère veut spécifiquement des chercheurs capables « d’étudier la possibilité d’obtenir des informations techniques sur les utilisateurs et l’équipement des utilisateurs sur le réseau anonyme TOR ». Afin d’assurer la défense et la sécurité du pays, la compétition est interdite aux étrangers, et les participants russes devront s’acquitter de 195 000 roubles (environ $5555) de frais d’inscription pour y participer.

TOR (The Onion Router), a été initialement conçu, mis en œuvre et déployé en tant que projet de routage en oignon avec l’US Navy dans le but principal de protéger les communications gouvernementales. Aujourd’hui, il est utilisé tous les jours par plusieurs types de personnes, des militaires, des journalistes, des militants, des personnes comme vous et moi… . Il est aussi nécessaire si vous désirez vous connecter au Darknet.
Le Darknet, c’est une collection de pages non-indexées, ce qui signifie que vous ne pourrez pas les retrouver via les moteurs de recherche. Une estimation récente a conclu qu’il y a plus 600 téraoctets de données dans le Darknet.
Les pages des sites hébergés dans le darknet sont accessibles uniquement via TOR. Ci dessous une vidéo avec un vieil ami et collègue, Bruno Kerouanton :
[KGVID poster= »http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/Darknet-la-face-cachée-dInternet_thumb7121.jpg » width= »640″ height= »360″]http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/Darknet-la-face-cachée-dInternet.mp4[/KGVID] TOR n’est donc pas le bienvenu en Russie, le gouvernement avait déjà cherché à interdire l’utilisation de tout logiciel d’anonymat, mais la proposition a été abandonnée l’année dernière. Constamment la cible des agences de renseignement et d’autres entités qui cherchent à dévoiler l’identité des utilisateurs anonymesTOR a aussi été la cible de multiples tentatives de cracking afin de briser cet anonymat (voir les récentes révélations d’Edward Snowden à ce sujet).

Gotham, la série de la rentrée 2014

Avant Batman et Catwoman, il y avait Gotham, et c’est la nouvelle série de DC Comics qui débarque le 22 septembre sur la FOX.

C’est dans cette ville que se déroulent les aventures de Batman, c’est aussi le lieu du mertre des parents de Bruce Wayne… mais c’est aussi dans cette ville qu’on débutées les débuts de Jim Gordon au sein de la Police de Gotham.
De retour de guerre, ce héros promet de nettoyer la ville de ses malfrats et de mettre fin à la corruption qui règne dans Gotham. C’est là qu’il travaillera sur l’affaire la plus médiatisée de la ville : l’assassinat des milliardaires locaux Martha et Thomas Wayne. Il rencontrera sur la scène du crime le seul survivant : le fils de 12 ans des Wayne, Bruce. Touché par la profonde perte du garçon, Gordon se jure d’attraper le tueur et se liera d’amitié avec Bruce, ce qui aidera à façonner le futur du garçon, qui deviendra finalement le Chevalier Noir.
[KGVID poster= »http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/Official-Trailer_thumb11968.jpg » width= »640″ height= »360″]http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/Official-Trailer.mp4[/KGVID] Mais c’est aussi dans cette ville qu’il rencontrera aussi le Pingouin, Catwoman, Poison Ivy et beaucoup d’autres.
Jim deviendra l’un des plus grands ennemis de la criminalité dans le monde, un homme dont la réputation est synonyme de l’ordre.
[KGVID poster= »http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/Villains-_-GOTHAM_thumb292.jpg » width= »640″ height= »360″]http://geekandmore.fr/wp-content/uploads/2014/07/Villains-_-GOTHAM.mp4[/KGVID]