Trucs2Geek

La mini-série Daredevil débarque sur Netflix

Marvel ne lâche rien. Peu après la diffusion de la bande annonce d’Ant-Man, quelques jours après le lancement de la série Marvel’s Agent Carter, voici la première (si on peu dire) vidéo de Daredevil.
Initialement annoncée en mai, la mini-série Daredevil sera finalement mise en ligne sur Netflix le vendredi 10 avril 2015. Pourquoi mini-série ? Parce qu’elle ne devrait compter que 13 épisodes.

L’ogre Netflix

Toujours à la recherche de séries à succès pour gonfler son catalogue, Netflix vient, après avoir acquis Gotham, vient s’ajouter Daredevil, alors que Jessica Jones(Alias), Iron Fist(Poing d’Acier), Luke Cage sont en préparation.

Synopsis

La série Daredevil de Marvel relate les aventures de Matt Murdock, aveugle depuis l’enfance, mais doté de formidables pouvoirs. Avocat luttant contre l’injustice le jour, il se transforme à la nuit tombée en super-héros combattant le crime dans le quartier contemporain de Hell’s Kitchen à New York.
Pour info, Matt Murdock portera son premier costume, inspiré de Daredevil : L’Homme Sans Peur. La série sera à première vue pour adulte, sombre et violente à souhait.

Casting de la mini série Dardevil

Pour ceux à qui le nom ne dit rien, Vincent D’Onofrio est Robert Goren dans la série New-York Section Criminelle (il a eu aussi le rôle d’un méchant dans Men In Black).
Charlie Cox (Matt Murdock/Daredevil), Vincent D’Onofrio (Wilson Fisk/le Caïd), Deborah Ann Woll (Karen Page), Elden Henson (Foggy Nelson), Rosario Dawson (Claire Temple), Ayelet Zurer (Vanessa Marianna), Vondie Curtis-Hall (Ben Urich), Bob Gunto (Leland Owlsley) et Scott Glenn (Stick).

Cocorico à nos frenchies présents au #CES2015

Comme je l’évoquait hier, les thèmes les plus importants présentés au CES 2015, et donc de cette année, sont les objets connectés, les voitures autonomes et les maisons intelligentes.

Que proposent les cadors des Telecom, SAMSUNG, LG et SONY, présents au #CES2015?

Parmi les innovations les plus importantes, Samsung dévoile ses télévisions incurvées 4K ultra haute définition (SUHD). Mais du côté des autres géants des télécommunications, LG a dévoilé pour sa part la deuxième génération de son smartphone flexible, le LG G Flex 2. Pas de doute, il ne devrait pas se briser dans la poche, et pour cause! On retrouve comme pour la première version un écran incurvé mais avec une dalle courbe sur quatre axes et, surtout, un affichage sur 1080p contre du 720p précédemment. On passe aussi de 6 pouces à 5,5 pouces.
La coque arrière bénéficie toujours de ce revêtement à mémoire de forme capable de gommer automatiquement les micro-rayures (il suffit de frotter bien fort la coque pendant 10 secondes).
En ce qui concerne la configuration, on reste dans du classique avec un Snapdragon 810 cadencé à 2 GHz, 2 Go de mémoire vive et 16 ou 32 Go de stockage extensible via micro-SD. A cela s’ajoute un capteur 2,1 mégapixels en façade et un 13 mégapixels à autofocus laser au dos un peu comme celui du LG G3.

Quant à Sony, c’est plutôt Back to 80’s, avec sa nouvelle gamme de Walkman, le NW-ZX2, qui embarque une version Android 4.2, un affichage FWVGA de 854 x 480 pixels. Sony qui présentera aussi la nouvelle caméra 4K qui s’annonce comme un concurrent sérieux a la gamme des Go-Pro.

Un virage à ne pas louper pour BMW, Audi et Mercedes

Je vous parlais de la BMW i3 hier, mais dans la série des voitures connectées,  la Audi 7 qui a fait aussi son buzz en arrivant dans l’enceinte du CES après 990 km sans conducteur actif. Arrivera le tour de Mercedes avec son modèle F015, une voiture autonome, électrique, connectée et sportive avec une carrosserie en argent.

Et nos frenchies, la plus grosse délégation européenne n’a pas a rougir

Mais il faut aussi présenter les innovations Françaises présentées et coachées par Mon Territoire Numérique à Las Vegas! Pas moins de 20 start-ups !!!
5 de Basse-Normandie : Bodycap, CTexDev, SoyHuce, Digital Airways, DSInstruments
5 d’Auvergne : Sezam Labs, Tapcards, Perfect Memory, Catopsys, Open Studio
6 de Languedoc-Roussillon : Matooma, Virdys, Mediapod, Voxtok, Ela Innovation, Innobiz
2 de Poitou-Charentes : Dawaq, ScanEpitaphe
1 de Picardie : Novitact
1 de Rhône-Alpes : Ubiant

Une société qui fait pas mal parler d’elle ces derniers jours, c’est Wit.ai, spécialisée en applications de reconnaissance vocale, créée il y a 1 an et demi par 3 frenchies, et malheureusement rachetée par Facebook. Elle présente une application de reconnaissance vocale, déjà utilisée par 5 500 développeurs. En effet, sa particularité est d’être gratuite si ceux qui l’utilisent partagent leurs avancées avec la communauté. Elle est ainsi intégrée dans une multitude d’objets connectés (j’ai projet de la mettre sur ma raspberry Pi B+, lorsque je l’aurais commandée!!).

We’ve been building an open, distributed, community-based platform that makes it easy for developers to build apps that users can talk to.

Audio Capsule, de VoxTok (start-up fondée à Montpellier), est un jukebox compatible avec tous les formats. Il fait office de serveur de musique multi-room et intègre une solution de stockage avec des capacité de numérisation de CD audio. Pour sa partie audio, le boitier dispose d’une puce Freescale i.MX6 et un double DAC (convertisseur numérique analogique – CNA) 192 kHz / 24 bits). Il est également équipé de 4 prises SATA pour y connecter des disques durs. L’ensemble de sa connectique se compose de de Wi-Fi 802.11 n (compatible Airplay), d’une prise Ethernet, de deux port USB, d’une entrée audio numérique optique, de sorties audio numériques optiques et coaxiales et de sorties audio analogiques. L’audio Capsule est vraiment destinée à être au centre de la diffusion audio dans un foyer car elle supporte un très large éventail de format (MP3, AAC, OGG, FLAC, ALAC, WAV, APE, AIFF jusqu’en 192 kHz/24 bits), et est compatible DLNA. Pour parfaire le tout, le contrôle de l’ensemble est confié à une application mobile  pour tablettes et smartphones.

CES 2015, the place to be … connected

Las Vegas, le CES 2015…. , le Consumer Electronics Show est l’endroit où les plus grandes sociétés de technologie dans le monde se réunissent pour dévoiler leurs derniers gadgets.
La salle d’exposition a ouvert ce mardi au Convention Center de Las Vegas. C’est au CES que nous avons découvert pour la première fois le magnétoscope, le lecteur de CD, le caméscope etc… .Que nous réserve donc cette année 2015?
Au CES, c’est toujours l’année de quelque chose, pour le meilleur ou pour le pire. Année de la tablette, année de l’Ultrabook, mais cette année c’est différent. Connecter ceci, connecter cela, tout connecter. Il faudra dorénavant penser voitures connectées, foyers connectés grace aux progrès de la domotique, personnes connectées, … tout connecté. Cela sera l’année « connectée ».
Tout d’abord, les téléviseurs encore mieux que les 4K ultra HD TVS, les téléviseurs OLED et les écrans LCD incurvés. Les écrans sont plus grands, plus petits, mais toujours de meilleure qualité, même si parfois cela frise le ridicule, surtout quand on nous annonce des TV de 8K ou 16K. Par contre, les écrans OLED permettent de belles perspectives comme les fuselages sans fenêtres (windowless-fuselage) proposés par l’entreprise CPI. L’avion deviendra un voyage à lui seul, un avion sans hublots ni fenêtres, fait d’écrans ultra-fins et légers qui retransmettraient le paysage extérieur grâce à des caméras. Les ingénieurs de CPI vont encore plus loin en proposant des interactions possibles sur les écrans des sièges et même directement sur les parois de l’appareil.

Le CES, c’est aussi un lieu où sont aussi présents les plus grands constructeurs automobiles du monde (pas moins de 10 cette année). BMW présentera une i3 à guidage laser, contrôlée par smartwatch, qui peut se garer toute seule (un plus à la self-driving car déjà présentée au CES 2014, la self-parking function). Dans le futur, cela changera non seulement la façon dont on conduit, mais surtout la façon dont les villes seront structurées.

Les foyers aussi seront connectés, avec plus de 60 exposants sur le sujet de la maison intelligente. Toutes les pièces seront équipées d’appareils connectés. Dans notre quotidien, les appareils électroménagers,  qui n’ont que très peu changés ces dernières décennies, se verront peu à peu dotés de la technologie Smart. Plus globalement, les objets connectés vont devenir…. intelligents, comme le réfrigérateur, la machines à café, le lave linge… .
Les thermostats et thermomètres aussi vont devenir intelligents, comme celui de la société Temp Traq, actuellement en cours d’homologation par la FDA, avec un dispositif format timbre qui permet de suivre votre température en temps réel et transmettre les données à votre téléphone (pratique sur un bébé malade afin de surveiller les pics de fièvre).

Une autre belle opportunité pour 2015, c’est le côté féminin du monde connecté, trop souvent oublié. Avez-vous remarqué qu’il existe que très peu de gadgets spécifiquement adaptés pour les femmes. Il est en effet triste de constater que la plupart des gadgets ont un look masculin. Misfit a annoncé un tracker d’activité pour femme, sur la base du Shine Swarovski, disponible en 2 déclinaisons, le premier classique blanc, et le second en cristal violet qui s’offre en plus le luxe de fonctionner à l’énergie solaire.

 Les robots, eux, ne sont pas prêts de nous attaquer, car il y a un tel écart entre les robots nous imaginons au travers des médias et de la culture pop, et la réalité que je ne les vois pas faire le buzz cette année comme les drones ont pu le faire il y a 2 ans.

Quant à la réalité virtuelle, elle devient réelle! Après les 2 milliards de dollars que Facebook a payé pour Oculus VR,  les Google Glass, c’est peut-être au tour de Samsung et Sony de rentrer dans la danse.

 Les absents : Apple, Google, Microsoft, et une présence légère de Samsung qui, tous, préparent plutôt le Mobile World Congress au début de Mars 2015… même si Kodak devrait dévoiler un nouvel appareil Android et ainsi rejoindre le groupe des fabricants de smartphone.

Reste un sujet polémique, l’Internet des Objets (IdO) ou Internet Of Things (IoT), véritable champs de mines lorsqu’il s’agit de vie privée, même si d’après Accenture (John Curran), les choses vont changer. Par contre, il n’empeche que  parmis ces tonnes des objets intelligents qui vont sans aucun doute changer notre perception du monde, fleurissent d’autres objets qui ne trouvent pas forcement leur place, car à vouloir être trop smart, on en devient moins humain, moins responsable, et parfois plus ridicule, comme l’annoncait le film Idiocraty (The Future is A No Brainer).
Un peu plus de détail sur les gadgets présentés en fin de semaine, promis!!!

Avec la monnaie que vous perdez, lui il en fait des œuvres d’art

Être Geek, ce n’est pas QUE s’intéresser aux nouvelles technologies. C’est avant tout une personne passionnée (voire obsédée) en général par l’informatique, mais aussi la science-fiction, les bandes dessinées ou l’Heroïc Fantasy (culture de l’imaginaire), les jeux de rôles ou les jeux vidéos, les séries TV ou le cinéma, …, voire tout à la fois (d’où l’obsession!!!). Personnellement, les jeux de rôles et jeux vidéos, j’ai tourné la page, ça ne me botte plus. A l’époque (1992 à 2003), j’étais plutôt du style wargame, comme Dune II : la Bataille d’Arrakis, ou Warcraft, Warcraft: Orcs and Humans et sa suite Warcraft II: Tides of Darkness, ou encore Command and Conquer : Conflit du Tibérium, suivi de Command and Conquer : Alerte rouge. Je passais des journées entières devant mon vieil écran cathodique.
Mais il existe d’autres types de geek, d’ailleurs, la définition qu’en fait Alexandre Astier me plait beaucoup :

un geek est une personne qui ne parvient pas à trouver une raison satisfaisante de devenir adulte.

Le geek n’est plus aujourd’hui réservé à une population élitiste ou avant-gardiste, ce que je trouve bien dommage quelque part car tout le monde se revendique geek, parfois à tort. Aujourd’hui, le geek est tombé dans la pop-culture, forme de culture dont la principale caractéristique est d’être produite et appréciée par le plus grand nombre.
J’ai découvert un artiste et designer brésilien, Andre Levy (akazhio), qui s’adonne à une forme d’art peu académique!!! Il peint des pièces de monnaie à l’effigie de différentes figures marquantes de cette pop-culture. Le projet Tales You Lose née sur Instagram, et Andre Levy le qualifie comme tel :

We are constantly surrounded by pop figures – in films, in music, comics, and even in gossip magazines. They are sometimes our escape from reality, our fantasies. Coins portray something opposite: the real, the everyday.

Vous pouvez aussi les découvrir sur sa page Facebook, ou encore sur son blog officiel.

Un bracelet que j’attends avec impatience

Si il est un bracelet connecté qui me tente beaucoup parmi tous les nouveaux gadgets apparus ces dernières années, le bracelet Cicret doit être l’un des plus futuristes que j’ai pu voir. Le bracelet se connecte sans fil à un smartphone et projette une image de l’écran de votre smartphone sur votre bras, sur un simple mouvement du poignet.
Mais il ne ferrait pas que l’affichage!!! Vous pouvez taper, glisser, pincer etc… sur l’image projetée, tout comme vous pourriez le faire sur l’écran de votre téléphone. Voici le pitch de Cicret:

We need 300,000 euros to develop the CICRET APP on all the platforms.
We need 700,000 euros to finish the first prototype of the CICRET BRACELET.
So feel free to donate an amount of your choice.
If everyone gives us 1 euro, we will make it and release our products!

Maintenant, je ne sais pas si ce bracelet verra le jour, ou si il fonctionnera comme annoncé, mais je sais que si il sort, j’en veux un! Mais je n’y crois guère, car projeter une image noire est quasi impossible, et trop de contraintes apparaitront, comme le type de peau sur laquelle l’image sera projetée (poilue, mate, claire), ou son autonomie ( car il est muni de son propre processeur, mémoire interne, interface Wi-Fi, projecteur, capteurs… ). Alors gros fake pour amoureux du buzz (on se rappelle du bracelet Riot, belle escroquerie Russe), ou prémices d’autres projets futuristes? Quoi qu’il en soit, la société Cicret a choisi la sécurité et, en attendant de mieux développer sa preuve de concept (POC), se repose sur des dons et n’est pas plus, inscrite sur une plateforme de crowdfunding (la campagne a été annulée fin octobre dernier).
Pour info, personne aurait cru que les Google Glass arriveraient aussi vite…

WARNING: we are still working on our prototype and didn’t launch any pre-order/order of the Cicret Bracelet. So don’t trust any website selling it yet.

Alors à quand le smartphone holographique, vrai téléphone du futur? En attendant, on pourra toujours se rabattre sur un bracelet bluetooth, ou un bracelet Samsung. A défaut d’un smartphone hologramme, j’ai dû choisir entre une Galaxy Gear et la Motorola Moto360. Réponse au prochain article peut-être.

Le conte de la princesse Kaguya

Ce Week-end, j’en ai profité pour regarder un film d’animation japonaise que je voulais voir depuis un petit moment : Le conte de la princesse Kaguya.
On a beaucoup parlé de la décision de Hayao Miyazaki, il y a 2 ans déjà, de son départ à la retraite. Un des films dernièrement sorti de son Studio Ghibli (sorti au Japon le 23 novembre 2013 et en France le 25 juin 2014) me rappelle pourtant le magnifique talent du réalisateur japonais, et pour cause, c’est Isao Takahata, co-fondateur du studio, et âgé de … 78 ans.

Le conte de la Princesse Kaguya est basé sur une histoire folklorique japonaise du 10ème siècle, Kaguya-hime. Ha oui, le titre vous fait penser au magnifique Princesse Mononoke (Mononoke Hime), alors vous avez toute mon estime, bravo, vous connaissez vos classiques!
C’est donc l’histoire d’un couple pauvre qui découvre une fille mystique dans une forêt, sortant d’un bambou, et prendront sur eux de l’élever comme une princesse. Pousse de bambou (oui, c’est son surnom) se transformera rapidement en une jeune femme avec un amour de la nature mis en cage par les coutumes, et découvrira la superficialité de la richesse, du matérialisme, et l’absurdité de rôles sociaux.
Bel aperçu de la condition féminine de l’époque, mais aussi de la famille et du clivage rural qu’il existait à l’époque, et maintenant encore.

Mais c’est aussi un chef d’œuvre artistique qui ressemble un peu à une vieille aquarelle japonaise. L’animation minimaliste, au fusain, est sans rappeler un autre filme sorti en 1999, Mes voisins les Yamada, une comédie qui dépeint la vie de famille à coup de traits bruts, issu aussi du Studio Ghibli.
Un spectacle donc de 2 h17 qui sera sûrement la dernière chance de voir un film de Isao Takahata. Sinon, il restera toujours l’exposition art ludique ghibli, l’exposition des dessins du studio Ghibli qui se terminera le 1er Mars 2015.

la DSI, organe vital de l’entreprise

La DSI, Direction des Systèmes d’Information, est bien trop souvent présentée comme un centre de coût, alors qu’il est au contraire un actif clé du capital immatériel de l’entreprise. A ce titre, il doit être mesuré et valorisé en tant que tel.
Un SI, Système d’Information, bien géré et maîtrisé accroit d’autant plus la valeur de l’entreprise lorsque celle-ci fait l’objet d’un rachat. A l’inverse, un système d’information peu ou mal maîtrisé, présentant des problèmes de fonctionnement ou pire, présentant des risques important tels que  l’obsolescence des techno utilisées, la dépendance vis à vis d’un petit nombre de personnes, ou une direction faisant systématiquement les mauvais choix, peut diminuer la valeur de l’entreprise.
Je suis tombé par hasard sur un superbe article de Ludivine Loncle parlant de la cristallisation de la DSI.

La DSI, c’est un peu le banquier de la propriété intellectuelle de l’entreprise.
– En mode « run » (maintenance), elle organise et sécurise dans l’ombre toutes les données du business.
– En mode « build » (projet), elle transforme les outils de l’entreprise pour renforcer son positionnement.

Je vous invite à répondre au petit quizz en bas de son article.
DSI_cristallisation