Electro2Geek

L’usage des drones en Espagne

La nouvelle passe pour le moment inaperçue en dehors de l’Espagne. Par contre, les radio-modélistes de la péninsule ibérique, eux, doivent bien l’avoir de travers. En effet, l’AESA (Agencia Estatal de Seguridad Aérea) a interdit l’usage des drones :

En España no está permitido el uso de drones para aplicaciones civiles (para uso militar existe una normativa que permite su operación exclusivamente en espacio aéreo segregado). Es decir, no está permitido, y nunca lo ha estado, el uso de aeronaves pilotadas por control remoto con fines comerciales o profesionales, para realizar actividades consideradas trabajos aéreos, como la fotogrametría, agricultura inteligente (detectar en una finca aquellas plantas específicas que necesitarían de una intervención, como riego, fumigación, para optimizar el cultivo), reportajes gráficos de todo tipo, inspección de líneas de alta tensión, ferroviarias, vigilancia de fronteras, detección de incendios forestales, reconocimiento de los lugares afectados por catástrofes naturales para dirigir las ayudas adecuadamente, etc.

Tout le monde (sauf les militaires) est touché, les pilotes amateurs, les professionnels du drone civil (prises de vues, surveillance, détection des incendies, aide à l’agriculture, etc… ).

AESA

L’AESA explique dans ce document que l’usage de drones civils n’a jamais été permis en Espagne par manque de législation adéquate. En effet, le législateur tolérait cet usage, mais depuis le 7 Avril, ce n’est plus le cas.

Rassurez-vous, il est toutefois possible de pratiquer le radio-modélisme en Espagne car les vols sont encore autorisés sur les terrains réservés au modélisme.

Pourquoi?
En Mars dernier a eu lieu un vol en immersion par une société de production vidéo. Ce vol s’est déroulé en plein cœur de Madrid, à une hauteur de 20 à 150 mètres, en frôlant les habitations, ce qui n’a pas plu aux autorités.

Comme un drone sur la branche

Imaginez un drone se poser sur une branche, et vous fixer du regard, comme un oiseau. Bhargav Gajjar de Vishwa Robotics à Brighton (Massachusetts), a conçu des jambes pour petits drones de l’armée de l’air américaine.

Un drone multifonctions donc, capable d’aller se percher sur une branche, un fil de téléphone, un câble ou une clôture puis d’éteindre ses rotors et rester immobile.

Maintenant, imaginez un espion ou un paparazzi… ça fait froid dans le dos…

Les petits drones n’ont généralement pas de train d’atterrissage. Gajjar a étudié des dizaines d’espèces d’oiseaux et enregistré leurs atterrissages en utilisant une caméra à haute vitesse. Les « jambes » de son drone sont basés sur celles de la crécerelle d’Amérique. Le drone se perche ainsi dans une position verticale avec une action de serrage puissante à l’aide d’un moteur.

Ce drone perché peut donc occuper n’importe quel point de vue stratégique, ce qui le rend plus furtif et fourni une vue rapprochée. Se percher ne consomme pas d’énergie, et ce drone pourrait même se recharger à partir de cellules solaires ce qui pourrait rendre son autonomie infinie.

Mon drone est ROUGE

Vous vous souvenez des petits montages faits avec la Raspberry? Il y en a un que j’ai repris sur mon drone. Celui qui utilise le ULN2803A.

L’ULN2803 est un composant classique produit par de nombreux fabricants. Ce composant permet de piloter jusqu’à 8 charges indépendantes pour une intensité pouvant aller jusqu’à 500mA sur un canal et avec une tension de coupure maximale de 40V. La limite de puissance que le circuit peut dissiper en boitier DIP se situe autour de 0,76W à une température ambiante de 85°C dans le cas du modèle produit par Toshiba qui est illustré ici. Ces caractéristiques peuvent varier légèrement d’un modèle à l’autre, et il est donc conseillé de vérifier les données constructeurs lorsque vous vous approchez de ces limites.

Le but est de rajouter un peu de couleurs au drone, en positionnant à l’avant un bandeau de LEDs rouges, à l’arrière des LEDs vertes, et éventuellement, un Buzzer.
Ces LEDs clignoteront lorsque le drone sera désarmé, et seront fixes lorsque le drone sera en vol, et donc les moteurs en action.
Pour cela, il faut juste une plaque de montage avec le ULN2803A, et quelques connecteurs Molex. Et oui, j’ai appris il y a peu par mon ami Maxime que Molex n’était pas le nom d’un connecteur, mais d’un fabriquant.
Donc il faut un connecteur Molex à 5 positions pour le lien vers l’APM. Pour la connectique avec les bandeaux de LEDs et le Buzzer, je vous conseille un petit montage basé celui-ci :

 


uln2803 uln2803-1
 

 

Il ne vous restera donc plus qu’à relier le tout!!!

 

 

Quadricoptère – Batteries

J’ai eu l’occasion d’échanger avec Dominique, de OnlyLipo.

Il a su très bien me conseiller sur le choix des batteries pour un Quad.

La capacité : c’est le nombre de mAh, c’est la quantité de courant disponible dans la batterie. Pour faire une comparaison avec le thermique, choisir entre une 2 000 mAh et une 4 000 mAh reviendrait à choisir entre un réservoir de 1 litre ou de deux litres. Donc augmenter la capacité, ou le nombre de mAh revient simplement à augmenter le temps de vol.

L’aptitude à délivrer du courant : ce sont les C, soit le taux de décharge. C’est la capacité de l’accu à fournir un courant plus ou moins important. Une autre comparaison : prenons une batterie de 1 000 mAh (soit 1Ah), peu importe le voltage. une 10C pourra fournir un courant de 10A, soit 10 fois la capacité d e la batterie. Si vous demandez 20A à la batterie, elle ne tiendra pas le coup. Si c’est une 50C, elle sera capable de fournir un courant de 50A.

Pour résumer, ll faut vraiment voir la batterie comme un réservoir, c’est la chaîne de propulsion (moteur + variateur) qui détermine le courant qui sera pompé.
La batterie ne fait que fournir ce qu’on lui demande, dans les limites de ses capacités.
Imaginez que vous avez un moteur qui va demander 20A pour faire décoller votre machine. Si vous lui donnez une batterie 1 000 mAh en 10C, elle ne pourra donner que 10A. Sa tension va alors fortement chuter et votre moteur ne tournera pas correctement. Admettons maintenant que vous lui donnez une 1 000 mAh en 25C, la batterie fournira les 20A puisqu’elle est capable d’en fournir 25.
Et si vous mettiez une 1 000 mAh en 50C? Et bien le moteur ne demanderai donc toujours que 20A, ce qu’elle peut fournir. Mais vous ne verrez aucune différence entre la 25C et la 50C.

Dans mon cas, j’ai 4 moteurs qui consomme en pleine puissance 23A, soit un total de 92A. A cela, on rajoute les LEDs, l’APM, les ESC, la FPV…. le choix peut etre fait rapidement :

  • une batterie  5000mAh 35C / 70C fournirait 175A / 350A
  • une batterie  4500mAh 35C / 70C fournirait 157A / 315A
  • une batterie  5000mAh 25C / 30C fournirait 125A / 150A
  • une batterie  5800mAh 25C / 35C fournirait 145A / 203A
  • une batterie  4000mAh 25C / 35C fournirait 125A / 140A
  • une batterie  4000mAh 25C / 50C fournirait 125A / 200A
Il faut cependant avoir la certitude du taux de décharge réel des batteries. Certaines célèbres batteries bleues low-cost (ZIPPY & TURNIGY)  sont réputées pour tricher sur le taux de décharge ainsi que sur la capacité (ce n’est un secret pour
personne en plus). Une 50C chez eux sera une 20C chez une marque sérieuse. Alors, choisissez bien vos accus, ils sont le cœurs de la propulsion.

Quadricoptère – Décembre

Je n’en parle pas beaucoup, mais il avance plutôt bien le quad.

J’ai changé de frame, et suis passé sur un Hobbyking X650F avec des bras de X550 si ça vibre de trop.
La Turnigy 9X est flashée grâce a companin9X avec un OpenTX firmware.

J’essaye de configurer la gestion des LED avec un ULN2803 (j’avais déjà joué avec).
J’ai installé un magnétomètre externe et un miniOSD.

Il faut que je configure le miniOSD car les valeurs sont fausses ;(
Et pour le magnétomètre, il faut que je vérifie la config de l’APM 2.5
Pour la FPV, j’ai recyclé un écran 14 pouces, remplacé l’alimentation par une batterie type moto de 12V. Un petit DC /DC 5V 3A et il fonctionne parfaitement.
Je vous ferais des photos bientôt. Le tout rentre donc dans le couvercle de ma valisette.

Pour rappel, les moteurs sont de s 2830-11 de chez RCTimer :
Poids : 52g
KV(rpm/v) : 1100
Puissance Max : 210W

Eux par contre, il faudra les changer….

Ensuite, je passerais surement sur une frame maison basée sur le QAV500.

Relaxation aérienne

Lorsque j’aurais maitrisé les techniques de vol de mon Quad (déjà il faudra terminer de le monter et de le calibrer), je ferais moi aussi de belles vidéos. Ces superbes images sont  issues d’une compilation réalisée à l’aide de caméras professionnelles Vector Vision installées sur un Wolfe Air LearJet 25 modifié. Autant dire que cela n’a rien à voir avec ma GoPro Hero2 qui sera installé sur un gimbal brusless made in China.


Lexique Quadcoptère

En aéromodélisme, pour la partie multi-moteur (le cas de mon quadricoptère), il faut connaitre certaines bases.

Tangage (Pitch): permet d’avancer ou reculer en inclinant respectivement vers l’avant ou l’arrière le quad.

Roulis  (Roll): permet d’incliner l’appareil vers la droite ou la gauche en effectuant une rotation au tour de l’axe de roulis.

Lacet (Yaw) :  permet d’orienter horizontalement  « l’arrière » de l’appareil vers la droite ou la gauche. On le fait ainsi pivoter sur lui même suivant son axe de lacet, et dans un sens ou dans l’autre en faisant appel au dispositif « Anti-couple ».

Throttle : c’est la manette des gaz, elle permet de monter ou descendre en faisant travailler tous les moteurs ensemble.

axe
Source : https://code.google.com/p/kkdrone/wiki/conf

Sur la plus part des télécommande de vol (TX), il est possible de choisir la répartition des commandes (YAW, Roll, Pitch) sur les sticks de droite et de gauche. Il existe en tout 4 modes, les plus utilisés sont les modes 1 et 2.

Le mode 1 est d’abord utilisé en avion et il s’est répandu aux pilotes d’hélicoptère.
Le mode 2 semble le plus adapté pour le pilotage d’un multi-moteur car il est le mode qui se rapproche le plus de la logique d’un vrai hélicoptère, puisque toute l’assiette est contrôlée par un même manche.
Le Mode 3 est le symétrique du mode 2, tout comme le Mode 4 est symétrique du mode 1.

Pour récapituler sur les modes :

Mode 1 :
Pitch (avancer/reculer)  et YAW (anti-couple, pivoter à droite/pivoter à gauche) => manche de gauche
Throttle (monter/descendre) +Roll (glisser à droite/glisser à gauche) => manche de droite

Mode 2 :
Throttle (monter/descendre) + YAW (anti-couple, pivoter à droite/pivoter à gauche) => manche de gauche
Pitch (avancer/reculer) et Roll (glisser à droite/glisser à gauche) => manche de droite