mardi 6 décembre 2022

Société

L’abus de Facebook est dangereux pour la santé (Martin Vidberg)


L’espagne fait mal aux bourses en europe

Le principe de Peter

“Dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence”.
C’est à dire que quoi qu’il arrive, tant qu’il est compétant, il progresse dans la hiérarchie, jusqu’à ce qu’il atteingne un poste pour lequel il ne sera plus compétant: c’est le syndrome du dernier poste.
Donc voila un petitcours pour les non- initiés.
Les bases pour reconnaitre ceux qui ont atteint leur dernier poste (celui de leur incompétance donc). Les indices selon ceux bon Peter:

La tabulologie anormale: arrangements inhabituels et hautement significatifs du matériel de bureau;
la phonophilie: l’employé justifie à ses yeux son incompétence en se plaignant de ne pouvoir etre en contact assez etroit avec ses collegues et subordonnés;
la papyrophobie: ne peut tolerer sur son bureau ni livres ni papier. Fait de sa phobie une vertu, en “ayant un bureau net”;
La papyromanie: encombre son bureau de papiers inutiles en donnant l’impression qu’il a trop de travail (tres en vigueur par ici);
la classophilie: manie de classification et de terreur morbide de perdre le moindre document;
le gigantisme tabulatoire: obsession d’avoir un plus grand bureau que ses collegues;
la tabulophobie: exclusion totale des tables dans un bureau;
l’apitoiement sur soi même: apitoiement sentimental, dénigrement du présent, louanges du passé… c’est le complexe d’Auld Lang Syn, (celui là aussi, on en a quelques uns);
la rigor cartis: interet anormal pour les organigrammes, les cartes…
les syndromes de la balançoire et du flottement: complete incapacité à prendre une decision appropriée:”passe en bas” (à un subordonné), “en haut”, “au dehors” (sondage). C’est le transfert de Cesar;
l’inertie rigolatoire: raconter des plaisanteries au lieu de faire son travail;
la structurophilie: besoin pathologique de voir un monument ou un batiment qui porte son nom;

Facebook

Hopla, on peu dire merci a facebook de m’avoir permis de retrouver certains de mes amis.
Hop et bon anniversaire Laurent, m’sieur mageekstore

Amour et Don de soi

L’amour est le don du soi du cœur qui n’attend pas de retour, qui n’exige pas de réciprocité, le don qui trouve sa joie dans le seul fait de se donner.
Il est exprimé dans la pensée : « je vous aime, mais cela ne vous regarde pas » : je ne trafique pas des sentiments, je n’attends rien de vous, je n’impose rien.
L’amour se répand comme un fleuve qui suit son cours. « l’amour ne peut prendre naissance que dans un total abandon de soi ».
La fleur qui offre son parfum le fait sans calcul et sans intention, elle ne cherche pas à profiter du regard que l’on pose sur elle, elle rayonne ce qu’elle est, libre à vous de respirer son parfum et de jouir de sa beauté ou de vous en détourner. La rose donne de sa beauté sans raison, comme l’amour donne sans attendre.
Malheureusement, nos relations sont si intéressées, si égocentriques, que nous raisonnons au sujet de l’amour comme nous le faisons avec les valeurs en bourse. Nous « plaçons » de l’affection et nous exigeons que celle-ci « rapporte », nous voulons « profiter » des autres.
Si l’autre se détourne, s’il ne répond pas à notre demande, nous éprouvons de l’amertume, de la jalousie, de la haine.
Notre interprétation de l’amour est si sensuelle et si personnelle qu’elle exclue par avance le don de soi. Et il n’y a pas d’amour sans don de soi.

Serge Carfantan

5HT2A

Le cerveau est composé de milliards de cellules que l’on appelle les neurones. Ce sont les neurones qui reçoivent, produisent et analysent les informations nécessaires à la vie. Les neurones forment un ensemble de réseaux qui ont tous une tâche spécifique. Ils servent, en fait, à établir la communication entre le cerveau et le corps et vice-versa. Le mouvement, la pensée, la mémoire, les sensations et l’humeur sont tous le résultat de signaux entre les neurones. Chaque neurone possède environ 10 000 contacts avec les autres neurones. Et pourtant, ils ne se touchent pas. Ils sont séparés par un espace que l’on appelle la synapse. Pour que la communication d’un neurone à l’autre s’effectue, il faut donc des agents qui traversent la synapse : ce sont les neurotransmetteurs.
Dans les années 80, des chercheurs découvraient qu’un médicament utilisé dans le traitement de l’anxiété stimulait les récepteurs d’un neurotransmetteur nommé sérotonine. Néanmoins, le rôle joué par la sérotonine et le lieu de son action au cœur du cerveau demeuraient mystérieux.
Des chercheurs menés par le neurobiologiste Jay Gingrich (université Columbia) ont cherché à en savoir plus. Pour ce faire, ils ont désactivé chez des souris le gène codant le récepteur de la sérotonine nommé 5HT2A. Le 5HT2A est connu pour être abondant dans le cerveau, et est suspecté de jouer un rôle dans l’anxiété provoquée par les dilemmes de la vie quotidienne.
Ce que nous savons de nos jours, c’est que la sérotonine est un neurotransmetteur qui intervient probablement dans la régulation du sommeil, de l’appétit et de l’humeur : les personnes déprimées ou anxieuses ont souvent un déficit de sérotonine. Elle joue de multiples autres rôles : par exemple, elle participe à la régulation de la température du corps.

Monologue final (Bravo a qui trouvera l’origine)

Katie: I want to go to Chow Funs
Ben: I thought we agreed we couldn’t really talk at Chow Funs
Katie: I know
Ben: Are you saying Chow Funs because you can’t face telling the kids? Because if that’s why you’re saying Chow Funs, don’t say Chow Funs
Katie: That’s not why I’m saying Chow Funs. Funs, I’m saying Chow Funs because we’re an us.
There’s a history here, and histories don’t happen overnight. In Mesopotamia or Ancient Troy there are cities built on top of other cities, but I don’t want another city, I like this city.
I know what kind of mood your in when you wake up by which eyebrow is higher, and you know I’m a little quiet in the morning and compensate accordingly, that’s a dance you perfect over time.
And it’s hard, it’s much harder than I thought it would be, but there’s more good than bad and you don’t just give up! And it’s not for the sake of the children, but God they’re great kids aren’t they? And we made them, I mean think about that! It’s like there were no people there, and then there were people and they grew, and an an an I won’t be able to say to some stranger Josh has your hands or remember how Erin threw up at the Lincoln Memorial And I’ll try to relax, let’s face it, anybody is going to have traits that get on your nerves, I mean, why shouldn’t it be your annoying traits, and I know I’m no day at the beach, but I do have a good sense of direction so I can at least find the beach, which isn’t a weakness of yours, it’s a strength of mine.
And God your a good friend and good friends are hard to find. Charlotte said that in Charlottes Web and I love how you read that to Erin and you take on the voice of Wilber the Pig with such dedication even when your bone tired. That speaks volumes about character!
And ultimately, isn’t that what it comes down too? What a person is made of? That girl in the pin helmet is still here ‘bee boo bee boo’ I didn’t even know she existed until you and I’m afraid if you leave I may never see her again, even though I said at times you beat her out of me, isn’t that the paradox? Haven’t we hit the essential paradox? Give and take, push and pull, the yen the yang. The best of times, the worst of times!I think Dickens said it best, ‘He could eat no fat, his wife could eat no lean’, but, doesn’t really apply here does it?
What I’m trying to say is, I’m saying Chow Funs because, I love you
Ben: Did you hear that kids? Mom wants to go to chow Funs!