Divers

Continuer et espérer

Je voulais juste remettre un post qui est assez vieux, un petit mot de Yannick, mais toujours d’actualité :
Dans la vie, tu es l’unique responsable de tout ce que tu vis et expérimentes. Qu’il s’agisse de ton humeur, de ton caractère ou de ta situation sociale, tout ceci n’est en réalité qu’une image projetée de ce que tu penses et imagines au plus profond de toi-même.
Regarde autour de toi et observe.
Tout ce qui existe en ce monde n’a-t-il pas été créé en pensée ? Il aura fallu que quelqu’un, quelque part, à un moment donné, visualise une idée qui, à force de travail, est ensuite devenue une réalité.
Désormais, ne jette plus le blâme sur les autres et ne t’épuise pas à essayer de les changer. Tu te dois plutôt d’acquérir une attitude de confiance et d’optimisme face à la vie, en visualisant bien fort ton succès et ta réussite avec toute la foi, la détermination et la persévérance dont tu es capable.
Entrevois la défaite, et l’échec sera ta récompense.
Pense et imagine le succès, et tu réussiras.
C’est d’ailleurs, là ta plus grande liberté, toi seul as le pouvoir de choisir tes pensées.

Ton étoile – Noir Désir

Sous la lumière en plein
Et dans l’ombre en silence
Si tu cherches un abri
Inaccessible
Dis-toi qu’il n’est pas loin et qu’on y brille
A ton étoile
A ton étoile
Petite sœur de mes nuits
Ca m’a manqué tout ça
Quand tu sauvais la face
A bien d’autres que moi
Sache que je n’oublie rien mais qu’on efface
A ton étoile
A ton étoile
A ton étoile
A ton étoile
Toujours à l’horizon
Des soleils qui s’inclinent
Comme on n’a pas le choix il nous reste le cœur
Tu peux cracher, même rire, et tu le dois
A ton étoile
A ton étoile
A Marcos
A la joie
A la beauté des rêves
A la mélancolie
A l’espoir qui nous tient
A la santé du feu
Et de la flamme
A ton étoile
A ton étoile
A ton étoile
A ton étoile

L’appartement – Noir Désir

Attends-toi à c’que je me traîne à tes pieds
Laura, j’ai constaté que même un silence de toi
Pouvait pousser mon rire à mourir
.
Attends-moi, toi tu es la reine des sommets,
L’orage sévit dans les plaines
Tu ne m’entends pas, je suis parasité malgré moi
.
Elle a su, simplement
Enfermer mon coeur dans son appartement
Avec ou sans toi, j’ai quelques problèmes
Tu t’en fous, Laura, j’suis désolé quand même
Si tu vas par là, ça me convient aussi dépose-moi
.
Encore une fois, c’est d’en bas que j’appelle
Elle se penche parfois de son nid d’hirondelle
Daigne me recevoir, ne me laisse pas de place pour m’asseoir
.
Elle a su, simplement,
Changer les clefs de son coeur et de l’appartement


Attends toi à c’que je me traîne à tes pieds
Laura, en attendant je sais que le jour viendra,
Où je pourrai en mourir de rire.

Protèges moi – Placebo

C’est le malaise du moment
L’épidémie qui s’étend
La fête est finie on descend
Les pensées qui glacent la raison
Paupières baissées, visage gris
Surgissent les fantômes de notre lit
On ouvre le loquet de la grille
Du taudit qu’on appelle maison
.
Protect me from what I want {x2}
Protect me {x2}
Protège-moi, protège-moi {x4}
Sommes nous les jouets du destin
Souviens toi des moments divins
Planants, éclatés au matin
Et maintenant nous sommes tout seul
Perdus les rêves de s’aimer
Le temps où on avait rien fait
Il nous reste toute une vie pour pleurer
Et maintenant nous sommes tout seul
.
Protect me from what I want {x4}
Protect me {x2}
Protect me, protège-moi {x4}

L’écharpe – Maurice Fanon

Si je porte à mon cou
En souvenir de toi
Ce souvenir de soie
Qui se souvient de nous
Ce n’est pas qu’il fasse froid
Le fond de l’air est doux
C’est qu’encore une fois
J’ai voulu comme un fou
Me souvenir de toi
De tes doigts sur mon cou
Me souvenir de nous
Quand on se disait vous
Si je porte à mon cou
En souvenir de toi
Ce sourire de soie
Qui sourit comme nous
Sourions autrefois
Quand on se disait vous
En regardant le soir
Tomber sur nos genoux
C’est encore une fois
J’ai voulu revoir
Comment tombe le soir
Quand on s’aime à genoux
Si je porte à mon cou
En souvenir de toi
Ce soupir de soie
Qui soupire après nous
C’n’est pas pour que tu voies
Comme je m’ennuie sans toi
C’est qu’il y a toujours
L’empreinte sur mon cou
L’empreinte de tes doigts
De tes doigts qui se nouent
L’empreinte de ce jour
Où les doigts se dénouent
.
{Final:}
Si je porte à mon cou
En souvenir de toi
Cette écharpe de soie
Que tu portais chez nous
Ce n’est pas qu’il fasse froid
Le fond de l’air est doux
Ce n’est pas qu’il fasse froid
Le fond de l’air est doux.